x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le mercredi 7 septembre 2011 | Nord-Sud

Reconversion professionnelle  : Pourquoi les enseignants fuient les classes

En 46 ans d’existence, l’Ecole normale supérieure (Ens) a produit 25414 cadres de l’Education nationale à la Côte d’Ivoire. Parmi eux, on dénombre 10807 professeurs de collège, 9368 professeurs de lycée, 1233 professeurs de Cafop. Mais leur maintien dans la profession enseignante n’est pas toujours évident. Au cours d’une assemblée générale d’un syndicat de l’enseignement du secondaire, le mois dernier au Plateau, un membre de la corporation a demandé au secrétaire général les conditions qu’il devrait remplir pour accéder au concours d’entrée à l’Ecole normale de l’administration (Ena). La réponse a été sans appel : «je ne peux pas me battre pour que mes camarades sortent de l’enseignement. Le concours de l’Ena ne nous intéresse pas ».

La ruée vers les régies

Cette anecdote montre que certains enseignants fuient leur fonction. Un cadre du ministère confirme la fuite des enseignants vers d’autres univers professionnels. Il explique que c’est un problème récurrent auquel est confrontée son administration. Selon lui, les statistiques prouvent que chaque année, ils sont nombreux à demander une reconversion. La loi l’autorise. L’enseignant est un fonctionnaire. Et selon les textes, un fonctionnaire peut changer d’emploi au cours de sa carrière. L’article  12 de la loi n° 92-570 du 11 septembre 1992 portant statut  général de la Fonction publique stipule : « le fonctionnaire peut changer d’emploi au cours de sa carrière, en fonction des besoins de l’administration, de la nécessité d’une reconversion professionnelle ou à sa demande… » Mais ce qui intrigue le cadre du ministère, c’est qu’en dehors du circuit légal, des enseignants contournent la réglementation pour partir, coûte que coûte. Notre interlocuteur révèle que, parfois, les enseignants « démissionnaires » ont des accointances avec certains ministres qui les recrutent au sein de leur cabinet, sans en informer la fonction publique ou même le ministère de l’Education nationale. Les destinations prisées sont notamment les services des impôts, des douanes et du trésor. Une source au ministère de l’Economie et des Finances confirme cet état de fait. Elle relate que de nombreux encadreurs pédagogiques se trouvent aujourd’hui relogés dans les régies financières de l’Etat. La raison fondamentale est l’importance des primes liées à la fonction. Les régies garantiraient une bonne fin de carrière grâce à leurs nombreuses opportunités, comme les opérations immobilières, fait remarquer la source. Selon les enseignants eux-mêmes, les conditions dans lesquelles ils évoluent ne les encouragent pas à rester dans la profession. Ces fonctionnaires dénoncent des effectifs pléthoriques des classes. Le surplus d’élèves par classe influencerait négativement sur la charge de travail. « En situation normale, c’est-à-dire lorsque nous sommes confrontés à une classe de 40 à 45 élèves, ce qui est rare, la charge de travail est énorme. La préparation des cours et la correction des copies occupent des heures, non prises en compte par nos autorités dans la répartition des horaires », se plaint Soro Mamadou, secrétaire général du syndicat national des enseignants du second degré de Côte d’Ivoire.

Des classes sans profs

Des syndicalistes estiment que l’absence d’indemnités liées à la profession et la non-application du nouveau profil de carrière démotivent. Ce qui explique alors la préférence des régies. Si cette destination sert aux enseignants, il est triste de constater qu’elle dessert le système éducatif. La fuite des cerveaux entraîne des classes sans maîtres. « Nous avons un véritable déficit du personnel enseignant », se désolait, la ministre de l’Education nationale, Kandia Camara il y a peu. Elle n’a pas tort. Au lycée moderne d’Odienné, on parle aujourd’hui d’un déficit de 40 enseignants. La crise politique depuis septembre 2002 a mis à nu cette défaillance du système éducatif. Au point où on a enregistré près de 4000 volontaires pour faire face au déficit. En plus de cette situation pénible, il faut compter avec la fuite des pédagogues. Peut-être qu’une lueur d’espoir s’annonce. Au ministère de la fonction publique, la révision des textes se prépare. Selon le chef du département, Gnanmien Konan, le statut général de la Fonction publique est caduc. Au nombre de ses réformes, il a prévu d’adapter les textes régissant la carrière des fonctionnaires au nouveau con­texte social. Il n’est pas à exclure que la loi sur la reconversion professionnelle sera recadrée. Le besoin pressant d’enseignants doit retenir l’attention pendant les débats. Surtout que le ministre Gnanmien Konan partage l’idée que l’accès à la Fonction publique réponde aux besoins précis des administrations. Pour retenir les enseignants dans leur profession, il faut également créer un environnement de travail adéquat. Cet environnement doit être propice aussi à l’apprentissage. C’est ce que développent les leaders syndicaux. Ils exigent l’application du nouveau profil de carrière et le respect des promesses de l’Etat.
Nesmon De Laure

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ