PUBLICITÉ

Économie Publié le lundi 17 septembre 2012 | Nord-Sud

Manutention portuaire:Le salaire des dockers augmente

© Nord-Sud Par OD
Développement des ports ivoiriens / Le ministre Gaoussou Touré au séminaire du Patronat et dockers à Yamoussoukro
Jeudi 13 septembre 2012. Yamoussoukro
A l’issue d’un conclave à Yamoussoukro entre les dockers des ports autonomes d’Abidjan et de San Pedro et leur patronat, les premiers voient leurs salaires augmenter.



Les ouvriers qui déchargent les navires sont aux anges. Le séminaire sur le thè­me : « paix sociale en milieu dockers et développement des ports ivoiriens » qui a pris fin samedi dernier a produit des résultats. A la fin de cette rencontre de trois jours, un accord a été trouvé entre le syndicat des entreprises de manutention des deux ports (Sempa) et le patronat. Il s’agit d’une revalorisation de 5% des salaires minima catégoriels. En outre, une nouvelle grille salariale a été adoptée. En outre, les participants au séminaire ont convenu, à l’unanimité, et signé la nouvelle convention des dockers et dockers-transit, un code de bonne conduite, un protocole d’accord portant trêve sociale pour une durée de 3 ans. Et pour tenir compte des exigences de productivité et de compétitivité des ports ivoiriens, ils ont décidé du relèvement de la cadence de la manutention et du transit. Ainsi, pour le riz et le sucre/sacherie conventionnelle, un relèvement du tonnage par shift (durée de travail) de 350t à 500t par équipe pour un pointage de 12h avec une prime de 1.500 FCFA par docker et par shift et une prime supplémentaire de 500 FCFA par palier, par docker et par équipe pour 50t supplémentaires. Un comité permanent de dialogue social a été mis en place en vue de prévenir et régler tout probable différent. Satisfaction générale donc de toutes les parties avec l’objectif affiché de booster le trafic des deux ports nationaux. Pour cela, il a fallu 3 jours de travail dans quatre ateliers : « Paix sociale et développement des ports », « Cadre organisationnel du travail », « Productivité et compétitivité des ports » et « Sécurité et sûreté en milieu portuaire ». Les communications ont mis l’accent sur la contribution des dockers à la compétitivité des ports et abordé les perspectives d’amélioration de la productivité et de la compétitivité des ports. Ensuite ont été mis en évidence la place importante des ports dans l’économie nationale avec près de 90% du commerce extérieur. La problématique de la sûreté maritime, la place du docker en milieu portuaire et l’application des conventions internationales et des règlements nationaux ont été abordés. Il a été aussi question du cadre juridique en vigueur, notamment le décret n°99-5010 du 4 août 1999 portant statut particulier des dockers et dockers-transits qui met fin à la gestion informelle de la corporation et qui attendait depuis longtemps d’être appliqué. « Je suis heureux que ce soit dans mon secteur d’activité que les premiers résultats aient été retenus au niveau du dialogue social », s’est réjoui le ministre des Transports. « Nous espérons faire 25 millions de tonnes au niveau des deux ports pour cette année ; 23 millions de tonnes au niveau d’Abidjan et 2 millions au niveau de San Pedro. D’ici 2020, nous aurons environ 5.000 milliards d’investissements à faire pour que nos ports soient les premiers de toute l’Afrique », annonce Gaoussou Touré. Ainsi espère-t-il faire des ports de San Pedro et d’Abidjan « la porte d’entrée de l’Afrique de l’Ouest. » Ce qui, a-t-il expliqué, sera possible d’abord parce que les travaux du chemin de fer Abidjan-Niger commenceront dès début 2013 pour, en fin de compte, « pouvoir drainer l’ensemble du fret du Niger, du Burkina Faso et du Mali sur la Côte d’Ivoire. »
Ousmane Diallo à Yamoussoukro

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ