x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Politique Publié le mercredi 13 novembre 2013 | AFP

Côte d’Ivoire: prochain procès d’un ex-chef militaire pro-Gbagbo

© AFP
Le commandant Jean-Noël Abéhi
ABIDJAN - Le procès du commandant Jean-Noël Abéhi, un pilier de l’appareil sécuritaire de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, accusé de nombreuses exactions, va se tenir dans les semaines à venir à Abidjan, a annoncé mercredi la justice militaire.

La date précise du procès, qui interviendra entre le 21 novembre et le 31
décembre, soit durant la prochaine session du tribunal militaire, n’est pas
communiquée "pour des raisons de sécurité", a déclaré à l’AFP le commissaire
du gouvernement (procureur militaire) Ange Kessi.

M. Abéhi est poursuivi pour "désertion à l’étranger" et "complot", a ajouté
M. Kessi.
Ancien chef de l’escadron blindé d’Agban, le plus grand camp de gendarmerie
du pays, basé à Abidjan, Jean-Noël Abéhi avait pris la fuite après la crise
postélectorale de décembre 2010-avril 2011, qui a fait plus de 3.000 morts et
s’est conclue par la chute de Laurent Gbagbo.

L’officier a été arrêté le 5 février 2013 au Ghana voisin et extradé en Côte d’Ivoire.
Considéré par ses détracteurs et des ONG internationales comme l’un des
principaux responsables d’exactions sous le régime Gbagbo, notamment durant la dernière crise, il risque 20 ans de prison, selon Ange Kessi.

Il est aussi soupçonné par le régime du président Alassane Ouattara d’être
impliqué dans des tentatives de déstabilisation et des attaques contre les
forces de sécurité ivoiriennes survenues au second semestre 2012.

Le 11 octobre 2012, le général Brunot Dogbo Blé, un ex-homme fort du régime
de Laurent Gbagbo, a été condamné à 15 ans de prison pour complicité dans
l’assassinat d’un officier à la retraite, dans le premier grand procès de la
crise postélectorale de 2010-2011.

La justice ivoirienne est qualifiée de "justice des vainqueurs" par l’opposition et la société civile pour sa capacité à ne poursuivre que des
membres du camp Gbagbo. Seul un pro-Ouattara est mis en examen dans le camp de

l’actuel chef de l’Etat, alors que les exactions ont également été massives de
son côté.
Laurent Gbagbo est emprisonné depuis fin 2011 à La Haye dans l’attente d’un
éventuel procès à la Cour pénale internationale. Lundi, la CPI a annoncé son
maintien en détention.
ck/jf/aub

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ