PUBLICITÉ

Politique Publié le jeudi 6 novembre 2014 | Xinhua

Le président ghanéen appelle à dépasser les chiffres pour regarder les visages des victimes de l’Ebola

© Xinhua Par DR
Cérémonie d`ouverture du Sommet extraordinaire des Chefs d`Etat et de Gouvernement de la CEDEAO sur la maladie à virus Ebola et sur la situation au Burkina Faso
Jeudi 06 novembre 2014. Accra (Ghana).
Le président ghanéen John Dramani Mahama a souligné jeudi les conséquences massives du foyer d'Ebola meurtrier qui sévit dans la sous-région d'Afrique de l'Ouest.

M. Mahama, président en exercice de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), a appelé le monde à regarder au-delà des simples chiffres de contamination pour " regarder le visage des victimes", et considérer leur situation personnelle.

A l'ouverture d'un sommet extraordinaire de la CEDEAO à Accra, le président ghanéen a souligné que les débats sur cette maladie qui ravage la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, devraient aller plus loin que la question évidente des soins à apporter.

Les débats "sur l'impact de l'Ebola restent souvent cantonnés aux aspects les plus évidents et directs", a remarqué le président.

Ces aspects concernent les questions les plus concrètes comme le nombre de lits d'hôpital, de gants, de matériels de protection, de personnels médicaux, de nourriture et d'argent pour la construction de nouvelles installations de traitement, qui sont il est vrai des aspects d'une importance cruciale, a-t-il dit.

"Mais les effets de l'Ebola sont étendus, et les besoins vont au-delà, certains besoins moins évidents sont immatériel. Nous devons aussi répondre à ces besoins, d'une manière ou d'une autre", a souligné M. Mahama.

Au seul Liberia, plus de 2.000 nouveaux enfants orphelins ont été enregistrés depuis le début de l'épidémie, dans un pays qui tentait déjà de trouver les moyens de s'occuper des enfants rendus orphelins par ses 14 années de guerre civile, a fait valoir M. Mahama.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé qu'il y avait environ 13.567 cas confirmés, probables ou suspectés dans les six pays actuellement affectés, à savoir le Liberia, la Guinée, la Sierra Leone, le Mali, l'Espagne et les États-Unis, ainsi que dans les deux pays qui ont été touchés précédemment, le Nigeria et le Sénégal, pour un total de 4.951 morts de cette maladie signalés.

Le président a félicité les pays et les organisations internationales pour avoir contribué à endiguer la propagation, même si la réponse initiale de la communauté internationale à l'épidémie en Afrique de l'Ouest a été trop lente selon lui.

M. Mahama a appelé le monde à continuer de travailler ensemble pour apporter une solution durable à l'épidémie, et empêcher l' effondrement des pays affectés.

Mohammed Ibn Chambas, envoyé spécial du secrétaire général de l' ONU Ban Ki-Moon en Afrique de l'Ouest, était également présent à ce sommet.

Le deuxième jour du sommet doit porter sur la situation politique au Burkina Faso, où l'armée a pris le pouvoir suite à l' abdication du président Blaise Compaoré, après plusieurs jours de protestations massives qui ont secoué ce pays.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Politique

Toutes les vidéos Politique à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ