x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le jeudi 25 juin 2015 | AIP

​Changement climatique : les pays africains harmonisent leur stratégie de lutte à Yamoussoukro

© AIP Par JOB
Sommet des Régions et Villes d`Afrique pour le Climat
Mercredi 24 juin 2015. Yamoussoukro (Hôtel Président), Sommet des Régions et Villes d`Afrique pour le Climat. La session d`ouverture a porté sur le thème de l`Afrique face au changement climatique, les collectivités en route vers l`adaptation et l`innovation.
Yamoussoukro - Le sommet des villes et régions d’Afrique pour le climat se tient depuis mercredi à Yamoussoukro, en vue d’harmoniser leur stratégie et de déterminer la position commune dans l’engagement du continent face à la problématique du réchauffement climatique.

Dénommé "Yamoussoukro étape africaine sur la route de Paris", ce sommet rassemble dans la capitale politique ivoirienne plus de 400 participants en charge de l’environnement, de la décentralisation et de l’aménagement du territoire issus d’une vingtaine de pays d’Afrique et d’Europe.

Ces experts auront deux jours pour préparer la participation africaine à la 21ème conférence des parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CPO21) prévue du 30 novembre au 11 décembre prochain à Paris, en France.

"Le sommet de Yamoussoukro se présente comme une opportunité pour réfléchir, d’une part, aux solutions que l’Afrique doit apporter face à cette menace planétaire sans compromettre son désir de développement et, d’autre part, aux recommandations que le continent noir doit suggérer aux autres en vue de limiter au strict minimum les effets de cette menace", a indiqué le président du Comité d’organisation du sommet, Gilbert Kafana Koné, président de l’Union des villes et communes de Côte d’Ivoire (UVICOCI).

Depuis des décennies, il est constaté des perturbations climatiques et des catastrophes multiples (inondations, érosions côtière, sécheresse) dues au réchauffement climatique trop accéléré de la planète, en raison de la forte émission de gaz à effet de serre due principalement aux activités humaines.

Le contraste à l’analyse de cette problématique mondiale est que l’Afrique qui produit moins de 2,3% de gaz à effet de serre, est de plus en plus assujettie aux conséquences destructrices de ces changements.

Le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a indiqué que la présente rencontre est une étape et un maillon essentiels de l’initiative africaine pour le climat et devrait être l’occasion de mobilisation des collectivités territoriales africaines pour parler d’une seule voix autour des enjeux de la prochaine conférence de Paris.

"Oui, ce sommet doit permettre d’échanger sur les bonnes pratiques des différents pays en matière de lutte contre les changements climatiques et surtout fédérer nos actions" pour engendrer une plus grande cohérence et efficacité de la position des Africains sur la question du dérèglement climatique, a affirmé Daniel Kablan Duncan.

"Il s’agit d’œuvrer pour aboutir à un accord universel et contraignant, permettant de lutter efficacement contre le dérèglement climatique et d’accélérer la transition vers des sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone", a ajouté le chef du gouvernement ivoirien.

Il a relevé que cet accord devra notamment traiter de façon équilibrée des efforts de baisse des émissions de gaz à effet de serre permettant de contenir le réchauffement global à 2°C et de l’adaptation des sociétés aux dérèglements climatiques déjà existants.

Le Premier ministre ivoirien a rassuré que, sous l’égide du président de la République, Alassane Ouattara, la Côte d’Ivoire fait de la question du développement durable et notamment de la question du climat, une priorité de développement.

Le sommet des villes et régions d’Afrique pour le climat qui se tient à Yamoussoukro est initiée par l’Assemblée des régions et districts de Côte d’Ivoire (ADDCI), en collaboration avec l’UVICOCI et le ministère de l’Environnement, de la Salubrité publique et du Développement durable.

Il vise à impliquer les collectivités territoriales africaines, notamment celles de l’espace UEMOA, dans la lutte contre le changement climatique.

Les résolutions issues de ce sommet seront transcrites dans une déclaration dite déclaration de Yamoussoukro qui marquera l’engagement des collectivités territoriales africaines à s’inscrire comme des acteurs majeurs de la problématique des changements climatiques à l’occasion de toutes les échéances de réflexion d’action et de décision au plan international.
​​
nam/akn/kp​​

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ