x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le jeudi 13 août 2015 | L’intelligent d’Abidjan

Sangafowa Coulibaly à propos de la sécurité alimentaire : Il n’existe plus de zone d’insécurité alimentaire en Côte d’Ivoire

© L’intelligent d’Abidjan Par Marc-Innocent
SARA 2015: les ministres Sangafowa et Adjoumani présents à la journée du Maroc
Samedi 4 Avril 2015. Abidjan. Le Maroc, pays à l`honneur au SARA 2015 a eu une journée qui lui a été entièrement dédiée. Celle-ci a enregistré la présence des ministres de l`agriculture et les ressources halieutiques Mamadou Sangafowa Coulibaly(photo) et Kobenan Kouassi Adjoumani.
Démarrée dans la ville de Bondoukou le 30 juillet 2015, la première phase de la quatrième édition des journées agricoles délocalisées autour du thème : « Le bilan du PNIA après deux ans de mise en œuvre» a fermé ses portes le samedi 01 Aout 2015 à Abengourou. Dans son discours de clôture dans l’enceinte de l’hôtel de ville qui a abrité les festivités, Mamadou Sangafowa, Ministre de l’Agriculture a rassuré les participants au JAAD sur les efforts du gouvernement pour parvenir à une sécurité alimentaire en Côte d’Ivoire, à travers l’institution en 2012 du Programme National d’Investissement Agricole (PNIA) pour un montant de 2040 milliards de FCFA. « Au niveau de la sécurité alimentaire, l’évaluation de la situation indiquait en 2011, qu’un Ivoirien sur 3, vivait en situation d’insécurité alimentaire. En 2013, cette évaluation de la situation de sécurité alimentaire réalisée entre décembre 2012 et février 2013 n’indiquait que deux poches d’insécurité alimentaire existaient sur toute l’étendue du territoire national. En 2015, la même évaluation de la situation de sécurité alimentaire réalisée entre Janvier-Mars 2015 a montré qu’il n’existe plus de zone d’insécurité alimentaire en Côte d’Ivoire. Elle a indiqué deux zones de stress où il y a eu une sortie massive de vivriers vers les pays limitrophes » a déclaré le ministre.

Plus de 1000 milliards d’investissements dans le secteur agricole en moins de deux
Sur le chapitre du Programme National d’Investissement Agricole, le premier responsable du département agricole en Côte d’Ivoire a indiqué que d’importants investissements ont été consentis depuis la mise en œuvre dudit programme. Toute fois, il a admis que beaucoup reste à faire notamment en ce qui concerne la mobilisation des ressources par le secteur privé dont la contribution à l’enveloppe globale est estimée à 60%. « Le gouvernement a adopté le PNIA le 08 Aout 2012. D’un coût global de 2040 milliards de FCFA, le PNIA a pour but de relancer les investissements dans le secteur agricole. Le programme national d’investissement a été conçu pour relancer la croissance agricole à un taux de 9% par an, contribuer à la réduction de la pauvreté à un seuil de 16%, créer plus de 2 400.000 emplois sur la période de 5 ans d’exécution du PNIA, réduire l’insécurité alimentaire, transformer au moins 50% de nos produits agricoles localement. Désormais, le PNIA constitue le seul cadre de référence pour toutes les interventions dans le secteur agricole au sens large du terme. C'est-à-dire, les ressources animales et halieutiques, les eaux et forêts et les productions animales. Chers parents producteurs del’Indenié-Djuabiln , après deux ans de mise en œuvre, le montant des ressources financières mobilisées et injectées dans les investissements agricoles s’élève à 1053 milliards de FCFA, ce qui représente 52% du coût total du programme. A mi-parcours, les partenaires techniques et financiers et l’Etat de Côte d’Ivoire ont contribué à hauteur de 770 milliards de FCFA, soit 73% des ressources mobilisées.
Le secteur privé à quant à lui apporté 283 milliards de FCFA soit 27% de ressources mobilisées. Vous conviendrez avec moi, sur la base de ce bilan, qu’il y a tout de même des réglages à faire. Le secteur privé sur qui repose le financement du PNIA à hauteur de 60% accuse un retard. Et nos efforts sont désormais orientés vers la mobilisation des investissements privés » a rassuré le ministre.
Ernest Famin, correspondant régional

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ