x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le mercredi 3 octobre 2018 | AIP

La CEDEAO veut accélérer l’Accord d’Abidjan sur l’amélioration de la qualité de l’air

Abidjan- La Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) veut définir un plan d’action et une feuille de route pour accélérer la mise en œuvre de l’Accord d’Abidjan sur l’amélioration de la qualité de l’air.

Elle a initié mercredi à Abidjan, en collaboration avec la Coalition pour le climat et l’air pur (CCAC) et ONU-Environnement, une réunion du groupe de travail technique sur la mise en œuvre de cet accord-cadre régional sur l’amélioration de la qualité de l’air (BAQ) en Afrique occidentale et centrale adopté en 2009 à Abidjan et baptisé "Accord d’Abidjan".

Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Joseph Séka Séka, procédant à l’ouverture de cet atelier technique, a estimé que la dégradation de la qualité de l’air constitue l’un des défis environnementaux majeurs des prochaines décennies. "Le développement socio-économique de l’Afrique et de la sous-région ouest-africaine augmente les quantités de polluants déchargés dans l’atmosphère", a-t-il déclaré, citant l’OMS qui révèle dans une étude que la pollution atmosphérique constitue aujourd’hui le plus grand risque environnemental pour la santé avec plus de huit million de décès prématurés en 2014.

"Cela souligne la nécessité d’agir urgemment pour éradiquer cette menace en vue de tirer le maximum de bénéfices pour nos populations et le développement de nos pays respectifs", a ajouté, a le Pr Séka Joseph.

Il a expliqué que c’est la prise de conscience de cet état de fait qui a abouti, en 2009, à l’adoption de l’accord-cadre régional sur l’amélioration de la qualité de l’air en Afrique occidentale et centrale.

Toutefois, a indiqué M. Séka, pour faire face aux menaces liées à la pollution au niveau mondial avec un plus grand besoin en investissement dans les pays d’Asie et d’Afrique subsaharienne, il faudra mobiliser au moins de 18 milliards de dollars US.

Pour le chef de la division Environnement de la Commission de la CEDEAO, Koffi Bernard, la problématique de la qualité de l’air nécessite plus que jamais le recentrage de toutes les actions s’imposent si l’on veut atteindre des objectifs réalistes et concrets qui impactent positivement sur la qualité de vie des concitoyens.

Le coordonnateur régional de la CCAC, N’Goran Kouadio Désiré, s’est félicité du leadership de la CEDEAO, estimant que l’Accord d’Abidjan est un point de départ pour adresser la question de la pollution de l’air, assurant que sa structure
Gak/kp

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ