x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le vendredi 16 août 2019 | Abidjan.net

Gestion des inondations : la science spatiale, un outil puissant pour maîtriser les impacts de ce fléau dévastateur

© Abidjan.net Par Dony
Gestion des inondations : la science spatiale, un outil puissant pour maîtriser les impacts de ce fléau dévastateur
Les experts de la science spatiale de la CEDEAO sont en conclave à Abidjan du 14 au 16 août, dans le cadre d`un atelier qui porte sur les " services de surveillance et d`évaluation des inondations à différentes échelles pour l`Afrique de l`Ouest ".
Les experts de la science spatiale de la CEDEAO sont en conclave à Abidjan du 14 au 16 août, dans le cadre d’un atelier qui porte sur les " services de surveillance et d’évaluation des inondations à différentes échelles pour l’Afrique de l’Ouest ".

Cette rencontre régionale vise à renforcer l’efficacité de la prédiction en temps réel des causes et les impacts des inondations grâce à la science spatiale, c’est-à-dire l’observation de la terre et de l’espace à partir de matériels adéquats.

Cette méthode est selon Tidiane Ouattara, coordonnateur du programme GMS Africa ‘’ un outil puissant pour secourir des personnes, des animaux, des biens et utilisé pour faire des propositions concrètes aux décideurs en vue de mieux gérer la problématique des inondations’’.

Causée par la topographie, le comportement humain, l’inondation est un élément parmi les fléaux dévastateurs. La Côte d’Ivoire n’est pas exempte. L’on se rappelle des inondations du 18 juin 2018 à Abidjan ayant causé des pertes en vies humaines (une vingtaine de personnes) ainsi que d’énormes dégâts matériels.

Pour Dr Tié, représentant du Ministre de l’environnement et du Développement Durable, ‘’c’est une opportunité pour la Côte d’Ivoire de bénéficier des propositions des experts sur la question de l’inondation en vue de préserver des biens et des vies’’.

Les résultats de l’atelier seront mis à la disposition des comités locaux et populations cibles (agriculteurs, commerçants, pêcheurs), les organismes de gestion de catastrophe, des organisations météorologiques.
Rappelons que les travaux s’inscrivent dans le cadre du projet " MIFMASS" d’une durée de 36 mois, porté par les experts membres d’un consortium constitué par des institutions de cinq (5) pays que sont le Bénin, le Ghana, le Nigeria, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.
Cyprien K.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ