x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le vendredi 25 octobre 2019 | CICG-Côte d’Ivoire

Gestion des finances publiques: la Cour des Comptes explique aux élus locaux leur obligation de rendre compte

© CICG-Côte d’Ivoire Par DR
Séminaire des élus locaux et des préfets de région sur la bonne gestion des finances publiques
Yamoussoukro, le 24 octobre 2019 - Le président de la Cour des Comptes, Kanvaly Diomandé, a expliqué aux maires et présidents des conseils régionaux qu’étant donné que leurs ressources financières sont constituées de subventions, d’impôts et de taxes prélevés chez les citoyens et d’emprunts et de dons consentis par les partenaires au développement, leur obligation de rendre compte est de vigueur.
Yamoussoukro - Le président de la Cour des Comptes, Kanvaly Diomandé, a expliqué aux maires et présidents des conseils régionaux qu’étant donné que leurs ressources financières sont constituées de subventions, d’impôts et de taxes prélevés chez les citoyens et d’emprunts et de dons consentis par les partenaires au développement, leur obligation de rendre compte est de vigueur.

Il s’exprimait au cours du séminaire des élus locaux et des préfets de région sur la bonne gestion des finances publiques, ouvert le 24 octobre 2019 à Yamoussoukro par le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, représentant le Premier Ministre.

« L’utilisation de toutes ces ressources doit être fondée sur les règles de bonne gestion définies par la loi au sens large et qui s’impose à tout gestionnaire public. La Cour des Comptes a un rôle d’encadrement et d’assistance qui vise à prévenir la mauvaise gestion des finances publiques. Pour cette raison, votre obligation de rendre compte est de vigueur », a expliqué Kanvaly Diomandé aux maires et présidents des conseils régionaux.

Et d’ajouter que le but du contrôle de la Cour des Comptes est de s’assurer de l’impact réel des actions que les collectivités territoriales entreprennent sur les populations, leur durabilité et leur plus value en termes de développement.

En cas de constatation de mauvaise gestion, a prévenu Kanvaly Diomandé, le coupable sera tenu de rembourser l’argent car la nécessité d’un assainissement budgétaire et financier s’impose à tous les acteurs de la vie économique, politique et sociale.

Au titre des subventions, a-t-il révélé, l’Etat a versé aux collectivités territoriales 59 milliards de FCFA en 2018 tandis qu’elles ont recouvré au titre de leurs propres ressources 256 milliards de FCFA.

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Articles du dossier

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ