x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Société Publié le dimanche 2 août 2020 | Abidjan.net

Evaluation sociale du Projet d’Amélioration et de Mise en Œuvre de la Politique Foncière Rurale de la Côte d’Ivoire (PAMOFOR): l’étude finale validée ce mardi au cours d’un atelier

© Abidjan.net Par DR
Atelier national de validation de l’évaluation sociale du projet d’amélioration et de mise en oeuvre de la politique foncière rurale de Côte d’Ivoire
Abidjan le 28 juillet 2020. L’atelier national de validation de l’évaluation sociale du Projet d’Amélioration et de Mise en Œuvre de la Politique Foncière Rurale de Côte d’Ivoire (PAMOFOR) s’est tenu ce mardi à Abidjan-Cocody.
C’en était l’une des principales exigences de la Banque Mondiale, qui finance sous forme de prêt, le Projet d’Amélioration et de Mise en Œuvre de la Politique Foncière Rurale de la Côte d’Ivoire (PAMOFOR). Réaliser avec la participation active de toutes les parties prenantes, une étude exhaustive dans les six régions d’intervention du Projet sur l’évaluation sociale pour identifier et atténuer les risques liés à la mise en œuvre dudit Projet. Le tout, bien ficelé, avec un mécanisme efficient de gestion des plaintes qui jouera son rôle à la perfection. Ce mardi 28 juillet 2020, sur convocation de la Direction Générale de l’Agence Foncière Rurale (AFOR), toutes les parties prenantes se sont retrouvées à l’hôtel Belle-Côte d’Abidjan Cocody Riviera Palmeraie, pour plancher sur le contenu de cette étude portant évaluation sociale du PAMOFOR.

Au terme des travaux, par acclamation, tous les participants au nombre desquels les Préfets des régions du N’Zi et du Bafing, les Secrétaires Généraux des Préfectures des régions de l’Agnéby-Tiassa, de l’Indénié-Djuablin, de la Mé et du Sud-Comoé, la représentante de Monsieur le Conseiller du Premier Ministre en charge des questions agricoles et foncières rurales, les Directeurs Régionaux de l’Agriculture et du Développement Rural de ces six régions, les représentants de la Direction Générale de l’Administration du Territoire (DGAT), les chefs traditionnels, les représentants des Comités Villageois de Gestion Foncière Rurale, des jeunes, des éleveurs, des communautés CEDEAO, de la société civile et les représentantes des femmes, ont validé l’évaluation sociale du PAMOFOR.

La quintessence des travaux de l’atelier, avait permis un peu plus tôt au Directeur des Opérations Techniques et au Responsable de la Sauvegarde Environnementale et sociale de l’AFOR, Mrs Mathias KOFFI et YEO Mamadou, de présenter le PAMOFOR (ses zones d’intervention, ses objectifs et les résultats attendus), les risques identifiés, les mesures d’atténuation, le mécanisme de gestion des plaintes, les différentes parties prenantes et leurs rôles dans le mécanisme de gestion des plaintes et le plan d’engagement des parties prenantes. *« C’est une étude très importante dans la conduite du Projet pour la Banque Mondiale, qui tient à préserver sa bonne réputation. Nous avons tous le devoir de faire en sorte que le mécanisme de gestion des plaintes soit efficace ; que les plaintes soient effectivement traitées avec des résultats satisfaisants. Cette étude est une invitation à chacun de nous de toucher encore une fois la délicatesse de la sécurisation foncière rurale *», s’est voulu explicite, le Directeur Général Adjoint de l’AFOR, M. David LOUE, qui présidait l’atelier, en l’absence du Ministre BAMBA Cheick Daniel.

« *Un aspect a retenu notre attention au cours des communications : l’information et la sensibilisation. Il faut effectivement multiplier les campagnes de sensibilisation et d’information, non pas seulement dans les chefs-lieux de régions, de départements et de sous-préfectures, mais surtout dans les villages. Il est impérieux que tous les acteurs aient la bonne information pour éviter les conflits. Un autre aspect important, le renforcement des capacités des acteurs du domaine foncier rural. Le Corps Préfectoral est disposé à accompagner l’AFOR dans sa mission *», a réagi le Préfet de la région du N’Zi, Préfet du département de Dimbokro, M. BAMBA Souleymane, au cours des échanges.

La probité morale des acteurs intervenant dans le mécanisme de gestion des plaintes, les limites des forêts classées et des enclaves, l’assermentation des membres du mécanisme de gestion des plaintes, l’implication des cadres et élus locaux … sont les principaux points qui ont animé les échanges. Il faut rappeler que le PAMOFOR, lancé en juillet 2018, durera cinq ans et s’étendra dans 678 villages, 54 sous-préfectures, 19 départements répartis dans 6 régions du pays : l’Agnéby-Tiassa, le Bafing, l’Indénié-Djuablin, la Mé, le N’Zi et le Sud-Comoé. Les principales activités du Projet sont résumées dans un paquet dit « 4 en 1 », prenant en compte la clarification des règles de droits, la délimitation des territoires de villages, la certification foncière et la consolidation des droits concédés, puis la promotion de la contractualisation foncière.

La première phase des opérations techniques a été lancée en janvier dernier dans les six régions, et elle va durer 18 mois. A terme, le PAMOFOR permettra la délivrance de 54. 000 Certificats Fonciers, la délimitation des territoires de 254 villages et la signature de 108. 000 Contrats agraires.

Atapointe

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Société

Toutes les vidéos Société à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ