x Télécharger l'application mobile Abidjan.net Abidjan.net partout avec vous
Télécharger l'application
INSTALLER
PUBLICITÉ

Économie Publié le vendredi 4 novembre 2022 | AIP

Dégradation de l’axe routier Toumodi-Oumé : le ministre Amedé Kouakou apporte des précisions

© AIP Par DR
Dégradation de l’axe routier Toumodi-Oumé : le ministre Amedé Kouakou apporte des précisions

Abidjan - Le ministre de l’Equipement et de l’Entretien routier, Dr Amedé Koffi Kouakou a effectué une visite de terrain sur l’axe Toumodi-Oumé, pour faire l’état des lieux de cet axe routier et apporter des précisions sur les travaux effectués sur ce tronçon.

Dr Amedé Kouakou a expliqué mardi 26 octobre 2021 que, face aux dégradations observées sur les routes bitumées, deux grands types de traitement sont usuellement employés, notamment la fermeture des trous (PAT) et le renforcement (reprise de la route en totalité).

Toutefois, ces méthodes sont tributaires des budgets disponibles. Ainsi les travaux de fermeture des trous nécessitent peu de moyens pour une durée de vie comprise entre trois et six mois. Quant aux travaux de renforcement des routes bitumées, ils nécessitent d’importants moyens et prolongent la durée de vie de la chaussée de 15 ans. (Voire les axes Yamoussoukro- Daloa, Dimbokro-Bocanda, Bouaké-Ferkessédougou (…).


Il a expliqué que pour le tronçon Toumodi-Oumé, il ne s’agissait pas de travaux de renforcement, mais plutôt de travaux de point-à-temps plus la réalisation d’un tapis général de 5 cm de béton bitumineux. Le travail, à l’en croire, a consisté à « boucher simplement les trous et mettre 5 cm de bitume dessus ».

Le ministre a promis que les trous qui apparaissent seront bouchés par l’entreprise en charge du projet. « On fera des évaluations avec le BNETD, les équipes techniques pour voir si cette expérience peut continuer. Chaque fois qu’il y aura un ou des trous qui vont apparaître, on va systématiquement les boucher », a rassuré Amedé Kouakou.

Pour le ministre, des conclusions vont être tirées au regard de l’option expérimentale. Selon lui, il a été envisagé une solution intermédiaire, dont le coût représente le tiers des travaux de renforcement et ayant pour avantage de prolonger de 5 ans la durée de vie de nos routes bitumées.


Cette méthode, si elle est concluante, pourra être vulgarisée sur le réseau de route bitumée afin d’améliorer les conditions de circulation des usagers en attendant les travaux de renforcement, précise-t-il.

“Les équipes resteront mobilisées pour le suivi de l’évolution des routes et les dispositions sont prises pour garantir les meilleures conditions de circulation aux usagers”, a-t-il rassuré.


(AIP)

gak/tm

Réagir à cet article

PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Playlist Économie

Toutes les vidéos Économie à ne pas rater, spécialement sélectionnées pour vous

PUBLICITÉ