Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces.ci    Cuisine    Nécrologie    Publicité
  CHRONOLOGIE
Comment faire de la publicité sur Abidjan.net ?

Accueil
News
Chronologie
Événement

2018

jeudi
15 fevrier

L’opposition appelle le pouvoir à un dialogue national

Alors que s’approchent les élections municipales et régionales, dont les dates n’ont pas encore été fixées, le parti de Laurent Gbagbo souhaite une grande concertation avec le gouvernement. La frange du FPI dirigée par Aboudramane Sangaré n’exclut pas de participer aux prochains scrutins. Au lendemain de la conférence de presse du Premier ministre – un exercice auquel Amadou Gon Coulibaly se plie rarement -, c’est une figure de l’opposition qui a longuement pris la parole. Alors qu’Alassane Ouattara a annoncé que des élections municipales, régionales et sénatoriales se tiendraient en 2018, Aboudramane Sangaré a appelé le pouvoir à « l’ouverture d’un dialogue politique pour l’organisation de scrutins justes et transparents. » Refonte de la CEI Le chef de la frange la plus dure du parti de Laurent Gbagbo exige des discussions sur quatre points. Il réaffirme d’abord la nécessité d’une recomposition de la Commission électorale indépendante (CEI) à laquelle on doit « trancher la tête », dit-il. Le départ de Youssouf Bakayoko, le président de la CEI, est une vieille demande du FPI. « C’est l’homme par lequel tous les malheurs de la Côte d’Ivoire sont arrivés », estime Boubacar Koné, le porte-parole de cette frange. Youssouf Bakayoko était déjà la chef de cette institution lors de la présidentielle contestée de 2010.


Comment