Accueil   Rencontres   Business   Actualité   Annonces   Shopping   Publicité
 
 
 ACTUALITES

  Abidjan.net > Actualité > BCEAO

Entrée en vigueur de la reforme institutionnelle de l’UMOA et de la BCEAO - Interview de Monsieur le Gouverneur

 

 
 
 jeudi 1 avril 2010 - Par BCEAO Taille des caractères

    

Audiences
de Abidjan.net par Emma
Mercredi 23 janvier 2008. Palais présidentiel. Le gouverneur de la BCEAO, Philippe Henri Dacoury Tabley, rend visite au Président de la République
Monsieur le Gouverneur, le Président de la Conférence des Chefs d`Etat et de Gouvernement de l`UEMOA a annoncé l`entrée en vigueur de la réforme institutionnelle del`UMOA et de la BCEAO.

Pourriez-vous nous situer la portée de cette réforme ?

Je voudrais tout d`abord, remercier les Hautes autorités des Etats membres de l`Union, qui ont pris toutes les dispositions pour la ratification des textes de base de la réforme.

La réforme institutionnelle, dont l`entrée en vigueur a été solennellement annoncée par Son Excellence, Monsieur Amadou Toumani TOURE, Président de la République du Mali, Président en exercice de la Conférence des Chefs d`Etat et de Gouvernement, vise à moderniser le cadre institutionnel de l`UMOA et de la BCEAO en vigueur depuis 1973. Elle prend en compte les modifications intervenues dans les conditions d`exercice de l`activité des banques centrales dans le monde et les mutations de l`environnement régional et international.
Plus précisément, cette réforme vise à adapter l`architecture institutionnelle de la BCEAO et de l`UMOA aux évolutions intervenues dans les missions des banques centrales. Elle a également pour objectif de renforcer l`efficacité de la politique monétaire, créant ainsi les conditions d`un meilleur financement des économies de l`Union. Enfin, elle consolide la stabilité du système bancaire et financier dans notre zone. La BCEAO se trouve ainsi dotée de moyens d`action et d`instruments adéquats pour la conduite d`une politique monétaire crédible et efficace.

Quelles sont les innovations majeures de cette réforme et qu`est-ce qui va changer en ce qui concerne la BCEAO ?

La réforme clarifie l`objectif de la politique monétaire menée par la Banque Centrale. Désormais, tout comme la plupart des banques centrales modernes, la BCEAO poursuit prioritairement un objectif de stabilité des prix au sein de l`Union Monétaire Ouest Africaine. Sous réserve du respect de cet objectif, la Banque Centrale apporte son soutien aux politiques économiques de l`Union, en vue d`une croissance saine et durable.

La Réforme consolide l`indépendance de la BCEAO et lui donne les moyens de renforcer sa crédibilité et l`efficacité de son action. Ainsi, la définition de la politique monétaire revient désormais à un organe interne de la Banque Centrale, le Comité de Politique Monétaire, et non à une instance politique comme auparavant. L`indépendance des organes de la Banque Centrale et de leurs membres est tout aussi assurée.

Bien entendu, la grande autonomie dont bénéficie la Banque Centrale met à sa charge de nouvelles obligations, notamment en matière de compte rendu aux autorités, de transparence vis-à-vis du marché et d`information du public. Dans cette perspective, la Banque Centrale devra désormais communiquer clairement sur ses décisions et rendre compte au public, aux acteurs du système financier et aux Etats des résultats de son action. L`objectif est de faire comprendre aux agents économiques, la cohérence des décisions prises, afin de leur permettre de former leurs propres anticipations et prévisions, de la façon la plus rationnelle possible.

La réforme consacre également une meilleure répartition des rôles et responsabilités entre les différents organes de l`UMOA et de la BCEAO. Comment se fera dorénavant cette répartition des rôles ?

Nous avons d`abord la Conférence des Chefs d`Etat et de Gouvernement, qui définit les grandes orientations de la politique de l`UMOA. Ensuite, vient le Conseil des Ministres, qui assure le suivi de la mise en œuvre des orientations et décisions de la Conférence des Chefs d`Etat et de Gouvernement ainsi que la définition de l`environnement réglementaire de l`activité du système bancaire et financier et de la politique de change de l`UMOA. Sur ce dernier point, le Conseil est assisté par un Comité de
Change.

Nous aurons désormais un Comité de Politique Monétaire (CPM), organe nouvellement créé, avec pour attribution la formulation de la politique monétaire. Cette mission était auparavant partagée entre le Conseil des Ministres et le Conseil d`Administration. Quant au Gouverneur, il met en œuvre en tant qu`organe, la politique monétaire et assure la direction de la BCEAO. Le Conseil d`Administration, dans sa nouvelle formule, a en charge les questions relatives à la gestion de l`Institut d`émission en tant qu`entreprise. Il est assisté par un nouvel organe, le Comité d`Audit.

Une autre innovation importante à souligner, c`est le remplacement dans chaque Etat, du Comité
National du Crédit par un Conseil National du Crédit. Ce conseil est un organe consultatif, dans lequel les principales associations ou groupements socioprofessionnels font leur entrée. Il émet des avis et recommandations sur les conditions de fonctionnement du système bancaire, ce qui va permettre une meilleure prise en compte des préoccupations des opérateurs économiques, dans la formulation et la mise en œuvre de la politique monétaire.

Comment expliquer le fait que la stabilité des prix soit désormais l`objectif principal de lapolitique monétaire de la BCEAO ?

La stabilité des prix un objectif assigné aujourd`hui à la plupart des banques centrales modernes, et qui découle de l`observation des faits économiques. Il est ainsi apparu qu`à long terme, une inflation trop forte entrave la croissance. En effet, la hausse des prix se traduit par une érosion de la valeur de la monnaie (et donc du pouvoir d`achat des populations), et accroît l`incertitude quant à l`évolution future des prix, rendant plus difficile la prise de décision en matière de consommation, d`épargne et d`investissement.

A l`inverse, le maintien d`un taux d`inflation faible et stable favorise un climat propice à l`investissement et à la création d`emplois. Dans un environnement d`inflation faible et stable, les consommateurs et les entreprises sont davantage en mesure de promouvoir des projets à long terme, puisqu`ils ont plus d`assurance sur la stabilité de la valeur de la monnaie, et partant, du pouvoir d`achat et des gains attendus. La stabilité des prix crée ainsi les conditions d`une croissance économique saine et durable.

Quels sont les principaux bénéfices à court et moyen terme de l`entrée en vigueur de cette réforme de la BCEAO pour les opérateurs économiques et les populations de l`UEMOA ?

La mise en œuvre de la réforme devrait, en assignant à la BCEAO un objectif prioritaire de stabilité des prix, permettre, comme je viens de le souligner, de garantir le pouvoir d`achat de notre monnaie et apporter une réponse adéquate au défi du financement des économies.

Il faut noter qu`avec la création des Conseils Nationaux du Crédit, les préoccupations des opérateurs économiques seront davantage prises en compte dans la mise en œuvre de la politique de la monnaie et du crédit, en particulier celles relatives aux conditions de financement.

Un accent sera également mis sur le renforcement de la transparence dans la tarification des services bancaires et financiers et l`accroissement de la concurrence entre les établissements de crédit, au bénéfice des usagers des services bancaires et financiers.

Enfin, la réforme renforce la supervision et le contrôle de l`activité bancaire et de microfinance afin d`assurer une meilleure protection des déposants.


Des actions sont-elles prévues pour une bonne connaissance par les acteurs concernés et la population de l`UMOA en général, du contenu de cette réforme et des changements qu`implique sa mise en œuvre ?

Tout à fait, et votre question me permet d`ailleurs d`évoquer un élément important pour la mise en
œuvre de la réforme, l`information de tous les acteurs concernés. A cet égard, la Banque Centrale a pris les dispositions nécessaires, pour lancer dans les prochains jours, une vaste campagne d`information, de sensibilisation et de formation.

Cette campagne aura notamment pour cible les acteurs du secteur bancaire et financier, qui du reste ont été associés au processus d`élaboration de la réforme, les opérateurs économiques et le grand public.

Notre entretien de ce jour, permettra très certainement de mieux faire connaître la réforme. Je voudrais vous en remercier.

Un dernier mot Monsieur le Gouverneur ?

La réforme intervient au moment où la plupart de nos Etats célèbrent les 50 ans de leur accès à la souveraineté internationale. Elle constitue un tournant décisif pour notre Union monétaire, car elle devrait permettre d`apporter une contribution plus importante de la politique monétaire au développement économique de nos pays.

Je profite de cette opportunité pour inviter tous les acteurs économiques, chacun en ce qui le concerne, à participer à la mise en œuvre réussie de cette réforme, porteuse de changements institutionnels profonds dans l`intégration monétaire et économique, pour mieux répondre aux aspirations légitimes de nos populations au développement.

LIENS PROMOTIONNELS

 Lire plus d`articles de « BCEAO »

 

 

Activités gouvernementales 2010
Actualité des membres du gouvernement

Comment

 

Sauvegarder  Sauvegarder l'article
Réagir  Réagir à l'article
 E-mail l'article
 SMS le titre
Imprimer  Imprimer l'article
 Revue de Presse

Recommandez la lecture de cet article?
Pas du tout   1 2 3  Tr? bon

Bourse des valeurs de Cote d`Ivoire
 

BCC Info Prix Enregistrement
 

Cours du Petrole
 

Articles sur le même sujet
 
Période de fête : Réunion de travail commandant supérieur de la gendarmerie nationale - commandants d`unité et chefs de service - Ministères (1/4/2010)

Konaté Sidiki, Fn, après une rencontre avec le chef de l`Etat : “Les FN restent dans la logique de la paix” - Nord-Sud (31/3/2010)

Alain Lobognon, Conseiller spécial du Premier ministre : “Des conseillers donnent de faux conseils au président” - Nord-Sud (31/3/2010)

Interview avec Charles Koffi, président du RENADVIDET-CI, aux victimes : « J’invite les victimes grugées à porter plainte contre Gohourou Ziallo Claude » - Nuit & Jour (30/3/2010)


Vidéos sur le meme sujet
 

Top News de la semaine

bullet Folie dépensière de la Première dame aux USA - Simone Gbagbo dépense 137 millions de francs CFA en 3 semaines- Le Patriote (30/3/2010)

bullet Sortie de crise - Forces nouvelles: les précisions de Me Affoussy Bamba- Ivoire-Presse (27/3/2010)

bullet Attaques gratuites contre Me Affoussy Bamba : Les Fn dénoncent l’intégrisme politique de Blé Goudé- Le Nouveau Réveil (27/3/2010)

Copyright :  

© 1998-2008 Weblogy Corporation, Tous droits réservés. -  Conditions d'utilisation et confidentialité