Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Le chef de l`Etat ADO devant les élus du peuple hier : “Je ferai tout pour préserver la paix”
Publié le mercredi 8 décembre 2010   |  Nord-Sud


Samedi
© Reuters


Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Profitant, hier, d'une rencontre avec tous les élus (maires, députés et présidents de Conseils généraux et de districts) du peuples membres du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et pour la paix (Rhdp) venus lui rendre hommage pour sa victoire «écrasante», le président de la République a réaffirmé son attachement sans réserve aux valeurs de paix enseignées par «le père de la nation ivoirienne», Houphouet-Boigny. Voici l'intégral de son discours.

“Je vous remercie du fond du cœur. Je suis très ému et très reconnaissant. Car, les journées passées ont été très difficiles pour notre Nation et pour moi en tant que nouveau président de la République de Côte d'Ivoire. Je voudrais vous dire que c'est avec beaucoup d'humilité que j'ai vu le score important que nos compatriotes m'ont conféré. C'était une élection sans conteste et un taux de participation sans précédent en Côte d'Ivoire comme ailleurs. Ce qui a démontré que nos compatriotes croient en la démocratie et croient aussi en la paix. C'est animé de cette volonté de paix que j'ai tout fait au cours de ces derniers jours pour apaiser les tensions. Car, les occasions n'ont pas manqué ici et là pour les uns et les autres d'appeler à des manifestations ou d'attiser la violence pour pouvoir installer la chienlit dans le pays. Mais nous sommes les enfants d'Houphouet-Boigny et, ce jour est un jour mémorable pour nous, puisque c'est le 7 décembre. Je voudrais vous dire que je ferai tout pour préserver la paix dans notre pays. Je voudrais aussi vous rassurer que notre volonté de paix est connue non seulement de nos concitoyens, mais de l'ensemble du monde. Vous avez vu les messages de félicitations pour moi et les messages de mise en garde pour l'ancien président. Tout cela doit nous inciter à persévérer dans la voie que nous avons choisie. Il faut tout faire pour ne pas tomber dans la violence. Nous devons, je dirai même, malheureusement tout accepter au nom de la paix. Je vous remercie d'avoir pris l'initiative de venir me saluer, de venir m'accueillir dans mes nouvelles fonctions de chef d'Etat, de président de la République. Je tiens aussi à vous dire qu'en réalité pour moi, il n'y a pas deux Côte d'Ivoire. Il n'y a pas deux présidents. Il n'y a pas un gagnant et un perdant. Nous devons faire en sorte que ce soit la Côte d'Ivoire entière qui ait gagné cette élection. C'est pour cela que je m'efforcerai de continuer de tendre la main à mon jeune frère Laurent Gbagbo. Je lui ai dit et je l'ai dit à Thabo M'beki, avant-hier (dimanche, Ndlr) quand je l'ai reçu, que nous devons tout faire pour sacrifier nos personnes (il insiste en répétant les trois derniers mots, Ndlr). Car, la Côte d'Ivoire est un bien précieux qui nous appartient à tous. Et non pas à Laurent Gbagbo ou Alassane Ouattara. Donc, j'ai supplié Thabo M'beki de lui demander de quitter les fonctions usurpées. Chers amis et chers frères, je voudrais vous annoncer que la Cedeao se réunit en ce moment même. Nous avons eu des échos. Le communiqué est en train d'être rédigé. Je crois que nous aurons une bonne nouvelle supplémentaire (applaudissements, Ndlr). Dans quelques heures, dans quelques jours, les choses vont se normaliser. Nous ne devons pas avoir des attitudes de vainqueurs. Mais, plutôt des comportements de fraternité. Nous sommes tous des frères. La Côte d'Ivoire a besoin de paix. La Côte d'Ivoire a besoin d'unité. Notre pays a besoin de sortir de cette crise sans violence. Nous avons déjà recensé 60 morts, 21 disparus et 509 blessés. C'est trop ! Il faut que Laurent Gbagbo soit animé d'un sens patriotique et qu'il se dise que la Côte d'Ivoire doit nous amener à tout, tout, tout accepter. Et à passer à une autre étape. C'est-à-dire le fonctionnement normal de l'Etat de Côte d'Ivoire. Je lance également un appel à nos Forces de défense et de sécurité de demeurer républicaines. La décision de la Cedeao d'aujourd'hui devra les convaincre qu'il n'y a pas d'issue à ce que sont en train de faire Laurent Gbagbo et un groupe de personnes. Ils (Ndlr, tous les agents des FDS) doivent se ranger du côté de la voix du peuple de Côte d'Ivoire. Le peuple de Côte d'Ivoire a choisi. Ils font partie du peuple de Côte d'Ivoire. Ils ont l'obligation morale et constitutionnelle de respecter la voix du peuple. Je voudrais maintenant, bien sûr en tant que membre ou ancien membre du Rhdp, je ne sais plus ! (rires, applaudissements). Puisque le président de la République, normalement, doit être au-dessus ou en dehors des partis. Néanmoins, c'est un moment de reconnaissance que je voudrais exprimer à votre endroit. Je sais que chacun et chacune de vous s'est battu dans son département, dans sa sous-préfecture, dans son village… pour que le Rhdp gagne cette élection. Nous l'avons gagnée et je crois que c'est une bonne chose pour la Côte d'Ivoire. C'est la vraie majorité dans ce pays. Et comme l'a dit monsieur le président du groupe parlementaire (Ndlr, le député Jean-Michel Moulod), nous allons le démontrer à l'Assemblée nationale. Mais, nous le démontrerons également dans les mairies, dans les conseils généraux et également dans le sénat que j'envisage de proposer dans la modification de la Constitution. Vive la République de Côte d'Ivoire !»

Propos recueillis par Djama Stanislas


Achetez l'integralite de Nord-Sud  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS