Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Comme une forteresse Des centaines de mercenaires à la RTI
Publié le lundi 20 décembre 2010   |  Le Patriote




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
La scène est insupportable. Une demi-douzaine d’hommes en armes fait pleuvoir de violents coups de ceinturons, de paires de gifles et de coups de pieds sur un jeune au physique flegmatique. Il est exactement 13h et le scénario se déroule dans une des rues désertes qui mène à la RTI. –« Pardonnez chefs ! Pardonnez chefs ! Je ne suis pas un marcheur. Je reviens du marché », lance-t-il de toute sa voix, criant de douleur. -« Quel marché ? On ne veut voir personne ici », réplique un des soldats tout en continuant de le rouer de coups.

A force de crier et à bout de souffle, le jeune homme perd la voix et il s’écroule. Mais les hommes en armes aux biceps impressionnants ne lâchent pas prise. Les coups continuent de s’abattre sur l’infortuné jeune homme. Finalement, l’un d’entre eux fait signe au groupe de monter dans le pick-up sans immatriculation. Mais avant de partir, celui qui semble le plus nerveux lance cette mise en garde : « Gare à vous si on vous voit encore dans les rues ».

Loin de leurs appartements ou des fenêtres, des populations observent impuissantes cette scène révoltante. Hier, la violence militaire – ou ce qui semblait en donner lieu – avait élue domicile aux alentours de la RTI. Toutes les voies, toutes les entrées et toutes les issues qui conduisent à la maison bleue sont gardées par une soldatesque armée jusqu’aux dents. Ces derniers avaient à cœur en tout cas, de ne pas perdre cette « citadelle ». La voie principale qui passe devant ce bâtiment est totalement coupée. Pour les automobilistes et ceux qui viennent d’Angré, c’est le carrefour de la vie qui est leur terminus. A défaut, ils doivent se frayer un chemin dans les rues de la citée des Arts pour ressortir à Cocody. Pour ceux qui viennent par contre de Cocody en direction des II-Plateaux, la voie est aussi obstruée.

De part et d’autres, l’on peut apercevoir un impressionnant dispositif des miliciens de Gbagbo, puissamment armées, aux visages graves et encagoulés. Et comme si cela ne suffisait pas, les populations assistent à une parade de pick-up bourrés de soldats et surmontés d’armes. Cependant, les militants du RHDP n’ont pas voulu se faire intimider. Ils ont répondu à l’appel du Premier ministre Guillaume Soro, mais, ils ont été sauvagement gazés et battus par les hommes à la solde de Gbagbo, jusqu’à ce que la pluie vienne mettre fin à leur souffrance. Comme si Dieu lui-même avait voulu dire « ça suffit ! ». Yves-M Abiet

LIENS PROMOTIONNELS