Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Toc-toc/Gbagbo et Dieu !
Publié le lundi 27 décembre 2010   |  Le Nouveau Réveil




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Dans la vie des hommes, il est des moments qu'on vénère pour leur importance symbolique terrestre et spirituelle. La Noël, jour de la nativité du Christ sauveur, fait partie de ces moments pour le chrétien catholique. Car, l'homme n'est pas simplement corps ; il est aussi âme et esprit. L'on sait que le président Henri Konan Bédié et son épouse sont des catholiques pieux et pratiquants. Chaque année, à la Noël, ils sont à Daoukro où ils communient avec Dieu le Père à la paroisse St Augustin en compagnie de parents et amis dans la ferveur religieuse. Cette année, monsieur et madame Bédié ainsi que d'autres chrétiens n'auront pas accompli ce rite. Pour la simple raison qu'ils n'ont pas le droit de sortir de l'hôtel du Golf par la seule volonté de Gbagbo et de sa soldatesque. En fait, ce n'est pas tant le lieu qui importe. Mais, que des chrétiens fervents soient privés de la parole divine dans une ferveur partagée, voilà qui est inconcevable. Pendant la nuit de la Nativité, que de tracas pour une messe à l'hôtel du Golf. Laurent Gbagbo n'a pas permis qu'un prêtre se rende là-bas pour dire la Messe et nourrir l'âme des croyants qui sont retranchés en cet endroit face à la force des armes. Voici un comportement qui heurte la morale et le bon sens. Même en prison, pendant les grands moments de partage avec Dieu comme la Nativité ou la Pâques, des aumôniers vont dire la Messe pour les prisonniers.
Il a fallu le courage, l'abnégation et la foi, au risque de sa vie, avec toute cette garde prétorienne armée jusqu'aux dents autour du Golf hôtel, de l'abbé Kissi Richard de la Pastorale sociale et le Caritas (Notre Dame de Treichville) pour que, suite mille tractations, Mmes Bédié et Ouattara, en compagnie du Secrétaire général du Pdci-Rda et son épouse, de Mme le Secrétaire général du Rdr, des membres du gouvernement Soro et leurs épouses pour certains, les autorités militaires, des journalistes et tous les autres catholiques puissent avoir droit à ce privilège, c'est-à-dire assister à deux messes, le vendredi 24 décembre nuit et le dimanche à 11 heures. Incompréhensible quand on sait que Laurent Gbagbo se dit croyant. Il a, pour cela, fait déplacer le saint Sacrement à la résidence présidentielle de Cocody pour se donner le temps de pratiquer sa foi, vu la flopée de pasteurs qui l'entourent. Dans son adresse aux Ivoiriens, le mardi 21 décembre 2010, Laurent Gbagbo disait que ceux qui se trouvent à l'hôtel du Golf pouvaient rentrer chez eux. S'il était animé de bonnes intentions, si ce n'était pas un piège qu'il tendait au président démocratiquement élu, Alassane Ouattara, et à ses compagnons, il aurait pu offrir, sans difficulté, à ses frères, la messe de la Nativité du Christ sauveur qui vient justement effacer les péchés du monde. Mais, que non. Devant certains de ses partisans, enrubannés se faisant appeler pompeusement chefs, il a dit, goguenard, que durant sa longue période dans l'opposition, il ne s'était jamais réfugié dans un hôtel. Mais, cela se comprend. Les deux premiers présidents de la Côte d'Ivoire, Houphouët-Boigny et Henri Konan Bédié, ne cherchaient pas à tuer leurs opposants. Ils les envoyaient, tout juste, à la Maca en guise de correction quand ils devenaient trop crapules et se mettaient à trop casser et à trop braiser les bus. Si Bédié et Houphouët faisaient tirer à balles réelles sur les marcheurs, comme ce fut le cas le jeudi 16 décembre 2010 dernier, sans oublier les 25, 26 et 27 mars 2004, Laurent Gbagbo ne serait plus de ce monde car, le 18 février 1992, tel qu'il était pris au sous-sol de l'immeuble SOGEFIHA au Plateau, on pouvait l'abattre tranquillement. Mais, la politique, ce n'est pas de la méchanceté gratuite telle qu'elle est pratiquée par nos frères de Lmp de nos jours. Malgré cette inconduite de Laurent Gbagbo, l'ambiance au Golf était des plus joyeuses, pieuses et spirituelles. Grâce à la magie des ondes et de l'image, certains croyants, qui sont restés dans leurs chambres de l'hôtel du Golf, ont pu suivre la Messe de minuit depuis le Vatican, par le canal de TF2. De toutes les façons, ils ont prié le Seigneur, surtout pour ceux qui semblent perdre tout contrôle d'eux-mêmes (les refondateurs) pour qu'ils découvrent la vérité que le monde entier tente, presque que vainement, de leur fait voir.
Le président Bédié a le cœur plein d'amour pour les Ivoiriens, pour l'homme en général, tel que le lui a enseigné son père Houphouët-Boigny. Le nouveau chef de l'Etat Ouattara Alassane également. Ils continuent de prier, tous les deux, pour leur frère Gbagbo afin que la lumière de Christ Sauveur le délivre et que s'accomplisse le miracle, le mardi 28 décembre 2010, devant les envoyés de la Cedeao, pour voir la Côte d'Ivoire totalement libérée!

Par Denis KAH ZION


Achetez l'integralite de Le Nouveau Réveil  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS