Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Crise postelectorale - Les émissaires de la CEDEAO ont échangé hier avec les acteurs de la crise
Publié le jeudi 30 dcembre 2010   |  L'Inter


Audiences
© Présidence par Aristide
Mardi 28 décembre 2010. Abidjan. Photo: les Présidents Yayi Boni (G) et Alassane Ouattara (D)


Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Le président de la République, Laurent Gbagbo, a reçu hier mardi 28 décembre 2010 trois chefs d’Etat africains, émissaires de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), au palais présidentiel du Plateau. Ernest Baï Koroma de la Sierra Leone, Pedro Pires du Cap-Vert et Yayi Boni du Bénin ont apporté le message de l’institution sous-régionale à Laurent Gbagbo, lui demandant de quitter le pouvoir. Ils étaient accompagnés de James Victor Gbého, le président de la Commission de la CEDEAO. Arrivés au palais du Plateau à 13h50, les trois présidents africains ont passé plus de deux heures avec leur homologue, à huis clos, pour tenter, si l’on s’en tient à la position de la CEDEAO dans la crise ivoirienne, de convaincre Laurent Gbagbo de passer la main à son rival Alassane Ouattara, déclaré vaincu par le Conseil constitutionnel après la clôture du second tour du scrutin présidentiel. A 16h35, quand ils sortent d’audience, le président béninois, Yayi Boni, lance ceci : « tout s’est bien passé ». Les présidents affichaient de larges sourires, avec un Laurent Gbagbo les mains dans les poches. « Aucun commentaire ! », ont lancé à la face des journalistes les responsables de la cellule de communication de la présidence de la République de Côte d’Ivoire. Rien n’a filtré de cette rencontre présidentielle. L’option de l’envoi d’une force africaine en Côte d’Ivoire comme le souhaite certains présidents africains et occidentaux a certainement été à l’ordre du jour. Mais la position de Laurent Gbagbo sur la question est sue de tous. Outre cela, l’immixtion de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) dans les affaires politiques internes de la Côte d’Ivoire et la décision du conseil des ministres de cette institution d’invalider la signature de Laurent Gbagbo ont certainement été à l`ordre du jour de ces discussions, qui devraient permettre au pays de repartir sur des bases solides. Après Laurent Gbagbo, les trois émissaires de la CEDEAO se sont rendus au Golf hôtel à la Riviera pour rencontrer Alassane Ouattara. Ils devraient revenir au palais présidentiel pour dire au revoir à leur homologue ivoirien. Notons que juste après leur arrivée, les émissaires de la CEDEAO ont rencontré le patron de l’ONUCI, Young Jin Choi à l’hôtel Pullman au Plateau. Rien n’a non plus filtré de cette rencontre.
Hervé KPODION
Légende : L’ambiance était bon enfant à l’issue du conclave entre Gbagbo et ses homologues africains.
Photo : MEDIA 39 (K.A Karim)


Achetez l'integralite de L'Inter  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS