Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Après Yopougon - Une patrouille de l`ONUCI prise à partie à Abobo hier - 2 blessés par balles
Publié le jeudi 30 dcembre 2010   |  L'Inter




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Tout comme le mardi dernier à Yopougon Niangon, une patrouille des forces militaires de l`ONUCI a été prise à partie hier mercredi 29 décembre par des populations en colère dans la commune d`Abobo, plus précisément sur l`axe routier entre le dépôt 9 de la SOTRA à Avocatier et le village d`Anonkoua Kouté vers le quartier PK18. Il est précisément 10H30 quand une colonne de trois 4x4 pick-up équipés de mitrailleuses des forces de l`ONUCI arrive au niveau du «petit carrefour», vers le dépôt 9, là où se trouve le plus grand Agora des jeunes patriotes d`Abobo. L`endroit, en cette journée de grève des transporteurs, grouille de monde. Sans sommation, des rafales de tirs en l`air se font entendre. Débandade. Qu`est-ce qui s`est passé? Il se trouve que dans la nuit du mardi au mercredi, une colonne de l`ONUCI avait essuyé une résistance dans la même zone du «petit carrefour» de la part de jeunes qui l`avaient emmené à rebrousser chemin. Est-ce pour éviter la même «humiliation» que celle de la nuit que la réaction a été plus prompte de la part de cette colonne, surtout que l`endroit grouillait de monde? Nul ne le sait, mais toujours est-il que l`instant de panique passé après les rafales de sommation, les jeunes du quartier se sont mis à poursuivre la colonne de l`ONUCI, au moment où celle-ci avait pris la direction du village d`Anonkoua Kouté en partance pour le quartier du PK18. Les jeunes du secteur Agripac, à l`entrée du PK18, informés par téléphone par leurs pairs du dépôt 9 de ce qui était arrivé dans leur quartier, vont aussitôt barricader l`autoroute d`Anyama pour empêcher la colonne d`évoluer. Coincés, la colonne et ses occupants rejoignent le barrage de la gendarmerie qui est à proximité et stationnent, comme si de rien n`était. Très vite, les jeunes, partis du «petit carrefour» les rattrapent et s`agglutinent autour de la colonne pour leur demander des comptes. Le ton monte très rapidement et la menace d`un lynchage se précise. Sans doute instruits par les incidents de Yopougon la veille, les gendarmes présents là appellent le CECOS en renfort pendant que le 1er pick-up de la colonne onusienne rafale en l`air pour tenter de disperser la foule de jeunes manifestants dont le nombre ne cessait de grossir, et se frayer un chemin. C`est peine perdue, puisque les plus téméraires des manifestants tentent alors de se coucher sur la voie pour empêcher la colonne de reprendre la route dans le sens du dépôt 9 de la SOTRA. L`ambiance est à l`affrontement, surtout que les gendarmes semblent débordés par la furia des jeunes. C`est dans cette atmosphère de confusion générale qu`une colonne de pick-up du CECOS apparaît pour tenter de sauver la situation. Ces éléments du CECOS seront aidés dans leur tâche pour sortir leurs frères d`armes de l`ONUCI du bourbier, par un char de la BAE et un VLRA de la CRS1. Vers 11H, la colonne réussit à quitter la zone dangereuse, sous la poursuite de la foule de jeunes en colère. C`est après coup qu`on dénombrera deux blessés par balles. Le premier, blessé au bras, est un jeune agent journalier d`une entreprise de la place. Il a été conduit vers un centre de santé à Abobo pour y recevoir des soins. Le second, blessé un peu plus grièvement au pied, a été emporté par une pick-up du CECOS vers l`Hôpital Militaire d`Abidjan (HMA).

JMK




Achetez l'integralite de L'Inter  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS