Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

4ème jour de l’opération ‘’pays mort’’ : Abobo, Anyama, Adjamé et Yopougon toujours paralysés
Publié le vendredi 31 décembre 2010   |  Le Patriote




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
L’opération ‘’pays mort’ lancée par le RHDP se poursuit. Les transporteurs et Fédérations de commerçants n’ont pas encore baissé la garde. Le secteur du transport est toujours paralysé. Hier, quatrième jour du mot d’ordre, les véhicules de transports en commun n’ont pas roulé. A Abobo, le mot d’ordre du RHPD est suivi à la lettre. Les « gbakas » et « woro-woro » sont restés garés. Le rond-point qui d’ordinaire grouille du monde est désert. Et les « gnamboros » se font rares, aucun regroupement devant la Mairie pour attendre un quelconque gbaka venant d’Adjamé. Les différents trottoirs de cette commune sont envahis de monde. Chacun essaie de s’effrayer un passage pour aller vaquer à ses occupations. Sur la voie express, les autostops sont de saison. Les commerces tournent au ralenti. Les femmes se rendent très tôt dans les marchés, à proximité de leurs quartiers pour faire leurs provisions ou vendre quelques articles. Mais en début d’après midi le marché se vide. Quant aux grandes surfaces, elles sont toujours fermées. Seuls les taxis compteurs circulent dans la commune de Adama Toungara. Mais ces chauffeurs de taxi-compteur ne se frottent pas les mains. « Nous, on observe aussi la grève, mais nous nous profitons de temps en temps de rouler pour avoir un d’argent. Mais franchement, nous n’arrivons pas à faire de bonnes recettes. Car tous ceux qui veulent emprunter le taxi, plaident pour un arrangement », a expliqué M. Bakary Touré, chauffeur de taxi-compteur. Du côté d’Adjamé, c’est le calme plat. Aucun gbaka encore moins les woro-woro desservent les différents quartiers de williamsville et Adjamé. Des commerçants avaient ouverts boutiques tôt le matin et les refermés ensuite en début d’après-midi. La commune de Yopougon n’est pas restée en marge de ce mot d’ordre. Aucun gbaka n’est visible. A l’exeption des woro-woro (bleus) qui desservent les différents quartiers du Maire Frontiste, Gbamanan Djidan Félicien. Toutefois, à Abidjan-Sud le mot d’ordre a connu un râlement. Tous les woro-woro ont roulé hier. De Koumassi à Marcory en passant par Port-Bouet et Treichville, le transport intercommunal a repris. Et le commerce à repris timidement repris à Koumassi Marcory et Port Bouet. A Treichville, des grands magasins à la Rue 12 sont restés fermés. Fait le point de la situation en fin d’après midi, le porte parole du collectif des opérateurs économiques de la chaîne des Transports, M. Moussa Cissé a affirmé que le mot d’ordre n’est pas encore levé. « Si les woro-woro ont commencé à rouler, c’est parce que nous n’avons pas maintenu la pression des premiers jours de ce mouvement. Cette reprise timide s’explique par le fait que ces chauffeurs de woro-woro veulent avoir un d’argent à la veille de cette fin d’année », a fait remarquer M.Cissé. L’appel du RHDP, il faut le noter a eu un écho favorable auprès des opérateurs économiques Ivoiriens.

Anzoumana Cissé


Achetez l'integralite de Le Patriote  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS