Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

L`avenir de la Côte d`Ivoire suspendu à une nouvelle mission africaine
Publié le lundi 3 janvier 2011   |  LeMonde.fr


Les
© Reuters


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
L`avenir de la Côte d`Ivoire est suspendu, lundi 3 janvier, à une nouvelle mission que doivent conduire à Abidjan trois chefs d`Etat ouest-africains, accompagnés du premier ministre kényan. Envoyé par l`Union africaine, le Kényan Raila Odinga est arrivé dimanche après-midi au Nigeria pour rencontrer dans la soirée le président nigérian Goodluck Jonathan, qui tient actuellement les rênes de la Communauté économique des Etats de l`Afrique de l`Ouest (Cédéao), en première ligne dans les efforts de médiation.

S`il s`est prononcé récemment pour le départ de Laurent Gbagbo de la présidence ivoirienne, par la force si nécessaire, M. Odinga a assuré n`avoir "aucun a priori". "Nous voulons juste lui parler et nous verrons ce qui se passera", a expliqué le premier ministre kényan, qui a présenté sa visite comme "une mission de protection de la démocratie et de la voix du peuple en Côte d`Ivoire". Il retrouvera lundi à Abidjan les chefs d`Etat Thomas Boni (Bénin), Ernest Koroma (Sierra Leone) et Pedro Pires (Cap-Vert).

VOIE DU DIALOGUE PRIVILÉGIÉE

Mandatés par la Cédéao, les trois hommes étaient venus une première fois mardi pour rencontrer Laurent Gbagbo et son rival Alassane Ouattara, les deux protagonistes de la grave crise née de la présidentielle du 28 novembre. M. Gbagbo est resté au pouvoir après avoir été proclamé élu par le Conseil constitutionnel, mais la quasi-totalité de la communauté internationale reconnaît M. Ouattara comme président légitime, désigné vainqueur par la Commission électorale.

La Cédéao privilégie encore la voie du dialogue, mais a menacé d`utiliser la force pour faire partir M. Gbagbo s`il refusait de céder sa place à M. Ouattara. L`option militaire est d`ailleurs en préparation, en "dernier recours". L`organisation doit décider d`ici à mardi de "nouveaux pas" en vue d`une issue. Amnesty International a demandé aux émissaires de la Cédéao de "placer la protection des droits humains au cœur de leurs efforts".

LE CAMP GBAGBO REPORTE SON ASSAUT CONTRE LE QG DE OUATTARA

Anne Gnahouret, ministre de la solidarité de M. Gbagbo, a de son côté fait état de plus de 10 000 Ivoiriens réfugiés au Liberia et en Guinée, et de plus de 2 500 déplacés internes. Ces derniers ont fui "les zones tenues par les rebelles pour échapper aux exactions" dans le nord du pays, sous contrôle des Forces nouvelles (ex-rébellion) qui appuient M. Ouattara, selon la ministre, qui a accusé "les organisations internationales" de les "ignorer".
... suite de l'article sur LeMonde.fr

LIENS PROMOTIONNELS