Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Piratage du serveur de la Rti : Ouattara, comme un voyou
Publié le mardi 11 janvier 2011   |  Le Temps




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
On ne le dira jamais assez. Alassane Ouattara est un intrus dans la politique en Côte d’Ivoire. Son intrusion sur la scène politique ivoirienne a été toujours mafieuse.

Imposé à feu Houphouët-Boigny par les Institutions de Bretton Woods et surtout Dominique Follereau Nouvian en 1989, Alassane Ouattara a désagrégé l’économie ivoirienne. Depuis cette arrivée abracadabrante, Ouattara se comporte comme un voyou. Président du comité interministériel de privatisation, Alassane a outrepassé ses prérogatives pour vendre et racheter les biens de l’Etat. A travers des pratiques illégales, le mentor du Rdr a réussi à privatiser pour son compte et ses amis de nombreuses sociétés d’Etat de 1989 à 1993. Sa gestion approximative des Affaires de l’Etat a plongé le pays dans un cercle infernal d’endettement lourd. A la mort du vieux, le 1er ministre d’alors Ouattara, veut confisquer le pouvoir d’Etat. Bafouant ainsi les dispositions constitutionnelles qui prévoyaient que Henri Konan Bédié soit le dauphin de feu Houphouët. Ouattara n’en a cure. En véritable hors-la-loi, cet étranger tente un braquage du fauteuil présidentiel par des manœuvres dilatoires. Son coup foireux est vite décelé par Bédié, alors Président de l’Assemblée nationale qui se voit obligé de faire une déclaration télévisée pour demander aux Ivoiriens de se mettre à sa disposition en tant que Président. Humilié, Alassane quitte la Côte d’Ivoire la queue entre les pattes. Il revient à la charge en 1999, où il va se venger de Bédié à travers un coup d’Etat militaire. Avant ce coup d’Etat, Alassane a promis faire tomber le régime Bédié comme un fruit mûr. Les faits sont connus, Bédié quitte le pouvoir le 24 décembre 1999. Ouattara ne prospère que dans les menaces, la délinquance, la voyousie etc. Ses discours sont teintés de haine, de division, de régionalisme et de tribalisme avérés. La junte militaire dirigée par feu le Général Guéi en 1999 qui ne lui cède pas le pouvoir, va subir toute sorte de coups tordus de la part du mafieux Ouattara. En 2000, l’élection présidentielle voit l’arrivée inattendue du Président du Fpi Laurent Gbagbo au pouvoir. Son régime sera diabolisé à travers la presse internationale par une campagne d’intoxication menée par Ouattara. Des tentatives de coup d’Etat se sont multipliées de 2000 à 2002. Et ce, par la faute de Ouattara qui ne veut absolument pas accéder au pouvoir par les urnes. Faussaire dans l’âme, Alassane va se faire établir comme un clandestin, un faux certificat de nationalité ivoirien. Il s’est retrouvé avec deux mères à la fois, Nabintou Cissé et Nabintou Ouattara. Il a même réussi à brandir un passeport très neuf de son défunt père burkinabé. Quelle prouesse ! Il n’y a qu’un fraudeur qui peut opérer ce genre de coup. De 2002 à aujourd’hui, Alassane Ouattara a décidé d’embraser le pays. Pourtant, sa candidature à une élection présidentielle en Côte d’Ivoire a été possible grâce à la magnanimité du Président Laurent Gbagbo. A Pretoria, Alassane a obtenu du Président Gbagbo, une candidature exceptionnelle et la nationalité ivoirienne. C’est encore le Président actuel, Gbagbo qui a levé le mandat d’arrêt international lancé par Bédié en 1998 qui planait sur sa tête. Il a pu rentrer d’exil grâce à la gentillesse du chef de l’Etat Laurent Gbagbo. Viscéralement ingrat, Ouattara éprouve une odieuse haine pour son bienfaiteur. Qui a toujours privilégié la voie du dialogue, de la paix, des urnes. Pourtant lui, Ouattara s’est toujours tristement distingué dans la violence, la haine, la guerre, la division, les menaces de tous genres. Aujourd’hui, retranché dans un hôtel tel un bandit preneur d’otages, Ouattara se comporte en voyou. Il multiplie les appels à la désobéissance civile, menace d’emprisonner les fonctionnaires qui vaquent à leur travail. Pis, Ouattara séquestre plus de 300 de ses militants au Golf. Faisant croire qu’ils ont été enlevés par les Fds. Il a instauré un climat de terreur au Golf. Personne n’a le droit de revendiquer des conditions meilleures de vie et d’hygiène, au risque de se voir ôter la vie. Son repli au golf est consécutif, rappelons-le à la mascarade électorale qu’il a planifiée avec l’ex-Président de la Cei, Youssouf Bakayoko. Apôtre de la désinformation et de l’intoxication, Ouattara s’est mis à pirater le site Internet de la Rti le dimanche dernier. Afin de diffuser ses mensonges sur cette toile républicaine. Heureusement, Ouattara a été pris la main dans le sac. Comme un voleur. Qui tôt ou tard va finir sa course en prison.

Fabrice Tété


Achetez l'integralite de Le Temps  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS