Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Affrontements à Abobo : La Lidho et le Midh condamnent
Publié le jeudi 13 janvier 2011   |  Le Patriote




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
«(…) Nous condamnons de façon énergique les événements survenus mardi et mercredi derniers, dans la commune d’Abobo. Nous exprimons toutes nos compassions aux familles éplorées». Ces propos sont du président de la Ligue Ivoirienne des Droits de l’Homme (LIDHO), Dr André Banhouman Kamaté qui réagissait hier en fin d’après-midi suite aux descentes musclées des Forces loyales à Gbagbo à Abobo. Il a déploré le fait que les appels des organisations des Droits de l’Homme relatifs à la cessation de toutes formes de violences à l’endroit des populations ivoiriennes ne sont jamais entendus. « La dernière fois, après l’attaque du siège du RHDP par des policiers prétextant une perquisition, nous avons interpellé les autorités ivoiriennes qui détiennent encore une parcelle de pouvoir de faire cesser les violences. Mais ces violences continuent toujours et il y a encore des morts d’hommes. C’est regrettable», a expliqué Dr Kamaté. Indiquant que cette violence coïncide avec la mise sur pied d’une commission d’enquête internationale par l’ex-chef de l’Etat Laurent Gbagbo. Cette commission, selon Dr Kamaté, doit faire arrêter les violences et tueries. « Elle a du travail à faire. Elle doit non seulement faire cesser toutes formes de violences et exactions, mais également chercher et trouver les auteurs de ces violences. Et aussi enquêter sur les violences interethniques survenues à Duekoué, qui ont entraîné plusieurs morts», a-t-il relevé. Avant de faire remarquer qu’aucune organisation de défense de Droits de l’homme n’a été associée à la composition de cette commission internationale. Le Mouvement Ivoirien des Droits Humains (MIDH) a également condamné les violences survenues à Abobo. Cette organisation, par la voix de son président Me. Traoré Drissa, a singulièrement condamné vigoureusement les conflits intercommunautaires qui ont éclaté hier à Lakota. « Nous condamnons tous ces actes qui sont très graves. Le problème, c’est qu’à Abobo on ne sait pas quels sont ceux tiraient sur les Fds. Nous en appelons à la responsabilité de chacun pour que cessent ces violences », a-t-il lancé. Invitant tous les corps (police, gendarmerie), à tout mettre en œuvre pour éviter les affrontements dans les différents quartiers d’Abidjan. Le Midh a exprimé sa compassion aux familles des Fds et des civils.

Anzoumana Cissé


Achetez l'integralite de Le Patriote  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS