Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Côte d`Ivoire: l`ONU envoi un "signal fort" pour la démocratie en Afrique (Ban)
Publié le vendredi 14 janvier 2011   |  AFP


Le
© Abidjan.net


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
NEW YORK (Nations unies) - Le chef de l`ONU Ban Ki-moon
a estimé vendredi que la confrontation des Nations unies avec Laurent Gbagbo
en Côte d`Ivoire envoyait "un signal fort" pour la démocratie en Afrique.

M. Ban a exprimé sa mise en garde la plus directe à ce jour sur le fait que
M. Gbagbo pourrait répondre devant un tribunal international des attaques
lancées contre les forces de maintien de la paix et les civils.

Plus de 200 personnes sont mortes depuis l`élection présidentielle du 28
novembre et ses résultats certifiés par l`ONU que M. Gbagbo a refusé de
reconnaître.

"Les Nations unies ne seront pas dissuadées de remplir leur mission en Côte
d`Ivoire, nous ne nous laisserons pas intimider", a déclaré M. Ban lors d`une
conférence de presse. "Nous envoyons un signal fort de soutien pour la
démocratie à travers l`Afrique".

Mais les discussions pour renforcer la mission de maintien de la paix dans
ce pays a suscité des plaintes de certains pays du Conseil de sécurité à
propos du "langage politique" d`un projet de résolution, ont indiqué des
diplomates.

Tandis que certains pays ont exprimé des doutes à propos d`une menace
d`intervention militaire brandie par la Cédéao (Communauté économique des pays
d`Afrique de l`Ouest), M. Ban a déclaré: "Nous nous tenons aux côtés de la
Cédéao et de l`Union africaine pour respecter la volonté du peuple de Côte
d`Ivoire".

Le secrétaire général a formulé une nouvelle demande à Laurent Gbagbo de
rendre le pouvoir à Alassane Ouattara, le vainqueur de l`élection
présidentielle reconnu par la communauté internationale

Il est "indiscutable" que M. Ouattara a gagné les élections. "L`ancien
président Laurent Gbagbo doit se retirer", a-t-il dit.

Il a souligné que les attaques contre les forces de maintien de la paix
relevaient de poursuites en vertu de la loi internationale.

Il y a des informations crédibles sur des graves violations des droits de
l`homme" et sur le fait que "l`ancien président et ceux autour de lui incitent
leurs partisans à la violence, a expliqué M. Ban.

"Je suis profondément inquiet de la détérioration de la situation et de
l`augmentation d`incidents violents prenant pour cible les civils et la
mission des Nations unies", a-t-il dit.

"Pour dire les choses clairement, les attaques contre les civils de même
que contre les forces de maintien de la paix constituent des crimes en vertu
de la loi internationale. Il en va de même pour les incitations à commettre de
tels crimes", a ajouté M. Ban, rappelant que la Cour pénale internationale
avait déclaré son intention d`ouvrir une enquête.

M. Ban a indiqué que le Conseil de sécurité discute actuellement de ses
propositions en vue de renforcer la mission sur le terrain.

L`ONU souhaite envoyer jusqu`à 2.000 soldats supplémentaires en Côte
d`Ivoire. Mais une réunion au Conseil de sécurité pour voter sur ce sujet
vendredi a été repoussé à mardi, selon des diplomates.

La Russie, la Chine et certains pays africains du Conseil de sécurité
divergent sur l`opportunité de cette résolution.

LIENS PROMOTIONNELS