Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Contribution/ Cri de cœur d`une mère meurtrie - Mon cœur saigne, et j`ai mal à en mourir
Publié le jeudi 20 janvier 2011   |  Le Patriote




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Que devient mon pays, mon beau pays dont je parlais avec fierté dans les milieux gabonais, français, maliens….
Côte d'Ivoire, que deviens-tu ? Qu'as-tu faits de tes enfants, qu'est devenu l'héritage ivoirien ? L'héritage de l' «Union- de le Discipline- et du Travail ». L'union qui veut que tous les Ivoiriens se mettent ensemble dans la paix, l'amour et la justice pour mieux développer le pays. 0ù sont passés ces Ivoiriens qui s'appelaient frère ? Oui ceux qui ont chanté notre hymne, ceux qui ont chanté le « Travail de mille génération » ? Ivoiriens vis-tu vraiment pour aimer ton pays ? Pourquoi ces tueries ? Pourquoi tires-tu sur ton frère, pourquoi hais-tu ton frère. Qu'elle mouche t'a piqué ? As-tu oublié le dialogue devenu la seconde religion chez nous ? Jeune ivoirien, tourne toi vers ton père et ta mère et écoute-les te parler de la paix. La paix dont parlait le premier président feu Félix Houphouët Boigny. La paix qui a permis le miracle ivoirien. L'union demande aussi la vérité, la justice. Ivoiriens pratique-tu réellement la vérité et la justice ? La vraie justice amène la discipline. Quels exemples donnes-tu à nos enfants. Frère dis-tu souvent la vérité ? Soutiens-tu la vérité ou le mensonge ? Dans la situation socio-politique actuelle, cherches-tu la vérité ou soutiens-tu un homme, un compatriote, un parti politique ? T'es-tu demandé une seule fois « Et si je soutenais le faux ? » As-tu pensé un peu à ce que Dieu pourrait penser au lieu de faire dire à Dieu ce que toi tu penses ? Toi qu'on supporte, toi qui est fort, toi qui as tout en main aujourd'hui pour faire basculé ce pays dans l'horreur, peux-tu pour l'amour de ton pays te poser la question « Et si j'étais dans le faux ? Et si tout ce que je fais faire ne serait pas le trop plein de rancœur ? Veux-tu détruire ce pays à cause de ta rancœur. Veux-tu le détruire à cause de tes intérêts personnels et ceux de tes suiveurs ? Toi qui a le pouvoir des armes, as-tu pensez à tes enfants ? Peux-tu envoyer tes enfants défier la mort comme tu le fait avec ceux des autres pour protéger ton fauteuil. Les pauvres aiment leurs enfants, laisse les vivres sainement. Ne les envoient pas à l'abattoir pour des miettes. Que fais-tu de la discipline. Que dis-tu de ce qui se passe, de ce que nous vivons depuis des années dans les écoles ? Apprends-tu le respect de la vie à tes enfants. Sais-tu que tu as transformé nos enfants et personne ne peut les contrarier de peur de soulever leur courroux. Quelle discipline pratique-t-on dans ce pays ? Sais tu que le travail procure la stabilité, la paix? Combien de jeunes aiment le travail aujourd'hui ? Tu as créé des générations de paresseux. Le gain facile est leur jeu favori. Les brouteurs ça court les rues. Les parlements et Agoras pilules or la places de ces jeunes la dans les universités, mieux dans les bureaux de la fonction publique. Quelle ignominie. Oh mon pays, je souffre et j'ai mal au cœur. Hier encore je pleurais à la vue de 300 jeunes transformés en miliciens défiler et scander dans chansons guerrière dans mon quartier. Toi qui as cette autorité, pourquoi tu ne l'utilises pas pour le bien de nos enfants au lieu de les transformer en chaire à canon. Que défendront-ils ? Ton pouvoir ou l'avenir du pays ? Pourquoi fais-tu mourir nos enfants pour une cause déjà perdue ? Vous qui promettez monts et merveilles à nos enfants, qu'avez-vous fait pour eux depuis que vous baignez dans l'opulence ? Avez-vous pensez un seul instant à vos propres enfants ? Oh ayez pitié des pauvres mères, ayez pitié des mères sans voix et arrêtez, arrêtez de sacrifier nos enfants. Pitié, oubliez un temps soit peu vos intérêts personnels et pensez aux ivoiriens. Nous voulons la paix, nous voulons que nos enfants vivent et s'instruisent. Laissez-nous vivre. Donnez une chance à la Côte d'Ivoire qui peut et veux sortir de la misère.
Mme Kouadio
Une mère en détresse



Achetez l'integralite de Le Patriote  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS