Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Auteur d’un rapport partisan : Human Rights Watch vole au secours d’Alassane Ouattara
Publié le jeudi 27 janvier 2011   |  Notre Voie




Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
L’ong américaine Human Rights Watch vient de publier un rapport qui, selon l’Agence France Presse (Afp), accable les Forces de défense et de sécurité de Côte d’Ivoire (Fds) et de prétendues milices proches de Laurent Gbagbo. «Les forces de sécurité sous le contrôle de Laurent Gbagbo, ainsi que les milices qui le soutiennent, ont commis depuis fin novembre 2010 des exécutions extrajudiciaires, des actes de torture et des viols, et ont procédé à des disparitions forcées", écrit HRW, s’appuyant sur des entretiens avec "plus de 100 victimes et témoins», accuse HRW cité par l’Afp.

Le rapport évoquerait une «campagne de violence» des partisans de Laurent Gbagbo à l’encontre de ceux d’Alassane Ouattara. «L’organisation de défense des droits de l’Homme dit avoir "documenté plus d’une dizaine d’attaques en décembre 2010 et janvier 2011 ayant entraîné la mort et la disparition d’un grand nombre d’habitants», rapporte également l’Afp.

Enfin, selon la même agence, les violences sont aussi dirigées contre «les groupes ethniques du Nord du pays, les musulmans et les immigrés des pays ouest-africains voisins».

Un chapelet de récriminations et d’accusations qui montre bien le parti pris de cette organisation de défense des droits de l’homme qui ne fait point cas des atrocités et autres barbaries commises par les partisans d’Alassane Ouattara et de sa milice pompeusement baptisée Forces nouvelles depuis la période préélectorale jusqu’à ce jour. Nul n’est pourtant besoin d’enquête pour savoir qu’à Duékoué, plus de vingt mille personnes soupçonnées de soutenir Laurent Gbagbo vivent parquées dans des camps de réfugiés, victimes des actes de violences des partisans de Ouattara. Leurs habitations ont été saccagées, pillées et incendiées par les pro-Ouattara. Si Human Rights Watch n’avait pas de parti pris, elle aurait su qu’à Lakota, les partisans de
Ouattara ont saccagé tout sur leur passage et que les autochtones, soupçonnés de soutenir Laurent Gbagbo, ont été chassés de la ville, leurs maisons détruites et incendiées et leurs biens pillés. A Toumodi, à Katiola, à Korhogo, à Gagnoa, à Daoukro, à Man et dans bien d’autres villes, les biens des partisans de Laurent Gbagbo ont été l’objet de vandalisme sans que jamais ceux qui prétendent défendre les droits de l’homme ne lèvent le petit doigt. A Lakota, particulièrement, ils ont
brûlé vif un bébé d’un jour seulement. Personne n’a dit mot. Tout comme personne n’a jamais bronché devant les lâches assassinats de policiers par les hommes d’Alassane Ouattara à Abobo et ailleurs en Côte d’Ivoire. Ils sont une vingtaine à ce jour. Ceux-là ne sont-ils pas des humains dont les droits méritent d’être défendus?

Alors, question : pour Human Rights Watch, certains ont-ils reçu un permis de tuer que d’autres n’auraient pas et quelle est la structure qui délivre ce permis ?

Car, c’est souvent trop facile de crier sur tous les toits à la violence alors qu’on se tait dès lors que cette violence est exercée par ceux que l’on supporte. Si les organisations de défense des droits de l’homme comme Human Rights Watch ne sont pas capables de condamner une rébellion qui a violé des femmes, abattu froidement des gendarmes désarmés, et pillé des biens d’autrui et qu’elles peuvent bien s’accommoder du fait qu’il n’existe aucune justice dans une moitié du pays,
alors elles se couvrent de ridicule quand elles interviennent de la sorte avec des rapports manipulés et partisans. Si elles doivent se rendre complices du pillage des ressources d’un pays, y compris les casses des succursales de la BCEAO, alors elles n’ont plus leur raison d’être.

En fait, plus personne n’est dupe, toutes ces organisations dites de défense des droits de l’homme sont en définitive des instruments de chantage entre les mains des puissances qui dominent le monde. C’est une grosse manipulation de l’opinion internationale que d’affirmer que «les groupes ethniques du Nord du pays, les musulmans et les immigrés des pays ouest-africains voisins», sont visés par des violences. Nul ne menace les ressortissants du Nord, encore moins les
ressortissants de la sous-région. Si cette accusation visait à justifier une intervention
militaire des pays de la sous-région réclamée par Alassane Ouattara, elle est totalement vaine. Car tout le monde sait bien que ce rapport dirigé s’inscrit dans la droite ligne de la campagne de diabolisation du président Laurent Gbagbo. Une campagne entamée sans grand succès par la responsable des droits de l’homme de l’Onu qui voyait partout des charniers qui n’ont jamais existé. Au grand dam de tous ceux qui luttent de toutes leurs forces pour faire partir Laurent Gbagbo.

Augustin Kouyo
augustinkouyo@yahoo.fr


Achetez l'integralite de Notre Voie  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS