Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Économie

Mesure d’interdiction des Matières premières ivoiriennes - Le deux poids deux mesures de Ouattara
Publié le vendredi 28 janvier 2011   |  Le Temps


2è
© Partis Politiques par Aristides
Lundi 22 novembre 2010. Man. Le candidat du RHDP, Dr Alassane Ouattara et Albert Mabri Toikeusse Abdallah chez les parents de feu le général Robert Guéi.


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
La dernière décision prise par Ouattara Alassane d’interdire l’exportation du cacao ivoirien, est très mal vue par des producteurs et des négociants. Qui continuent de s’interroger sur cet agissement du bloc rebelle à affamer les cacao-culteurs les 700 mille producteurs ivoiriens et partant, les 7 millions de personnes qui vivent de cette spéculation en Côte d’Ivoire. Malheureusement pour lui, l’Union européenne (Ue) plus soucieuse de ses intérêts, s’est opposée très promptement à cette mesure criminelle. «On ne peut comprendre que Ouattara demande la suspension de l’exportation du cacao pendant qu’il omet royalement le coton et l’anacarde. Deux spéculations qui sont produits essentiellement dans la partie centre nord occupée depuis plus de huit ans par les mouvements rebelles. En décidant de ne pas suspendre les exportations du coton, alors qu’il sait que ce sont ses partenaires qui pillent cette filière depuis le 19 septembre 2002 au détriment de ses parents du Nord qui deviennent de plus en plus pauvres du fait de la guerre » En clair, si Ouattara voulait être logique et conséquent, il aurait également mis son veto sur les exportations du coton et de l’anacarde dont une bonne partie se retrouve chaque année hors de la frontière. Précisément au Mali et au Burkina Faso. Au début de la crise ivoirienne, ces fuites rien que sur le coton oscillaient entre 15 mille et 20 mille tonnes. «De par la faute de la rébellion qui le soutient, la filière coton est aujourd’hui non seulement désorganisée mais entièrement en faillite. Sa mesure d’interdiction d’exporter le cacao, et son refus de suspendre l’exportation du coton s’inscrivent dans les mêmes logiques et vision des nominations d’ambassadeurs qu’il fait jusque-là. Le tribalisme et le régionalisme», nous indique notre source.

B. mafoumgbé


Achetez l'integralite de Le Temps  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS