Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Sport

Côte d’Ivoire : Bassory Ouattara démasqué
Publié le jeudi 27 janvier 2011   |  Autre presse


France
© Autre presse par DR


Vos outils

IMPRIMER
height=28
REAGISSEZ

PARTAGEZ
Afrikfoot - Nouveau rebondissement dans l’affaire Ouattara. Non, Alassane Ouattara n’a pas chassé Laurent Gbagbo du pouvoir. Mais son présumé fils Bassory Ouattara, vient d’avouer la supercherie : il n’est pas l’enfant illégitime du président élu de la Côte d’Ivoire.

En révélant dans la presse, être le fils du président élu de la Côte d’Ivoire, Bassory Ouattara, joueur de football au Vannes OC, a certes déclenché un buzz sur la toile, mais surtout la colère de ses dirigeants ainsi que celle de la présidence ivoirienne, qui n’avait pas tardée à démentir la rumeur : "Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara n’a pas de fils du nom de Bassory Ouattara."

Face à l’ampleur de l’affaire, le directeur général du club breton, a tenu à mettre les choses au clair et à révélé la supercherie dans les colonnes du Parisien. "Le joueur a reconnu avoir menti, c’est un membre de la famille éloignée d’Alassane Ouattara", explique Olivier Cloarec. Selon lui, Bassory Ouattara "a été dépassé par les événements et ne pensait pas que ses déclarations allaient prendre tant d’importance (…) Il est le premier soulagé que tout cela s’arrête". Convoqué par les dirigeants du club mercredi, ce dernier aurait tout avoué sur cette blague de mauvais goût.

Une affaire d’Etat

Ce buzz, disons plutôt ce mensonge, aurait pu aller très loin si le jeune homme n’était pas revenu sur ses déclarations frauduleuses. En effet, à peine deux jours après les déclarations, la présidence ivoirienne avait dû se fendre d’un démenti formel après la parution de l’information. Alors que la Côte d’Ivoire vit une des plus grosses crises de son histoire, l’affaire Bassory avait quand même figuré dans les médias.

En France également, l’affaire avait fait bondir. Les services de l’État avaient suivi le dossier "pour des raisons de sécurité", d’après le directeur du club, Olivier Cloarec. Quant à son avenir au Vannes OC, rien ne transpire. Une chose est sûre c’est que le jeune homme ne compte pas quitter sa petite ville de Vannes. "Il est le premier soulagé que tout cela s’arrête", termine Olivier Cloarec.

par Solange Droual
... suite de l'article sur Autre presse

LIENS PROMOTIONNELS