Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Économie

Après la fermeture de la Bicici, de Citibank,… : Plusieurs banques envahies par des clients affolés
Publié le jeudi 17 fevrier 2011   |  Nord-Sud


Économie
© Reuters par DR
Customers crowd the entrance to a branch of Ecobank in the Plateau business district of Abidjan, Ivory Coast Wednesday, Feb. 16, 2011. Another bank says it has closed its doors amid a political crisis in Ivory Coast, as residents in the commercial hub lined up at banks to try to withdraw their savings amid rumors of a cash shortage. British bank Standard Chartered confirmed Wednesday that it had suspended its operations in Ivory Coast, joining two other banks and the regional stock exchange.


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
L’obstination du clan Gbagbo, étouffé financièrement et qui refuse de quitter le pouvoir, conduit à la fermeture de plusieurs banques privées avec un vent de panique chez les épargnants.


Il s’agit indubitablement de l’un des premiers résultats tangibles sur le terrain économique. En effet, la stratégie d’étouffement financier déployée par le président élu de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, contre le président déchu Laurent Gbagbo fait des vagues dans le milieu financier et bancaire. Le camp de l’ancien chef de l’Etat assoiffé financièrement est donc en train de payer cash, son obstination à confisquer le pouvoir et surtout, la cacophonie qu’il a installée dans le système bancaire national à travers l’occupation « illégale et brutale» de l’agence principale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest et de la Bourse régionale des valeurs mobilières d’Abidjan (Brvm). Pour s’opposer à cette réaction surannée des pro-Gbagbo, la Bicici, la Citibank et Access bank ont décidé lundi, de suspendre leurs activités dans le pays.

La panique se généralise

Une situation qui a créé un vent de panique sans précédent chez de nombreux clients qui, depuis hier, ont pris d’assaut les différentes banques commerciales pour effectuer des retraits massifs d’argent. Le déferlement humain que l’on a pu constater au siège de la Sgbci au Plateau, témoignait l’angoisse et l’inquiétude qui ont gagné en si peu de temps la plupart des épargnants. Visages graves et mines renfrognées, ils étaient massés à l’intérieur de la banque. Une foule impressionnante et inhabituelle en ce 16 du mois de février. Par petits groupes ou par affinité, certains clients qui ont complètement perdu leur sérénité, devisaient çà et là. «Depuis lundi, nous avons perdu notre sérénité lorsque nous avons appris la fermeture de la Bicici et de Citibank. On s’est dit que si ces deux banques ont fermé, c’est clair que les autres vont suivre le mouvement.

C’est pourquoi, nous sommes venus à notre banque pour effectuer des retraits d’argent. Parce que sans argent, ce sera vraiment difficile pour nous et nos familles», explique T. K., un agent du privé visiblement préoccupé. Avant d’ajouter qu’il serait mieux de prendre dans l’immédiat, le peu qui se trouve dans le compte que de se retrouver sans rien dans cette période d’incertitude. Dans certains guichets annexes, ce sont les agents de la Sgbci qui passent à la caisse pour toucher leurs salaires du mois de février. Toute chose qui en rajoute à la psychose des clients. «Vous voyez le long rang qui est de l’autre côté. Nous avons appris que ce sont les employés de la banque qui sont en train d’être payés. C’est le signe que les choses risquent d’évoluer dans les jours qui suivent. C’est ce que la Bicici a fait avant de fermer. Donc, vous comprenez notre inquiétude», soutient une dame l’air apeuré en ce début d’après-midi. Les hommes d’affaires semblent également perdre leur latin dans ce brouhaha orchestré de toutes pièces par le groupe Gbagbo. «En fait, on assiste à l’effondrement du système bancaire», affirme, atterré, un homme d’affaires. Il faut préciser que la Société générale (la banque-mère) devrait donner hier, le coup d’envoi de la saison des résultats des banques françaises. On attend notamment des précisions sur les conséquences des évènements récents en Egypte, en Tunisie et surtout en Côte d’Ivoire, ainsi que sur leur stratégie dans la région d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. A l’instar de la Sgbci, le siège de la Sib n’a certes pas affiché la même affluence mais, devant le distributeur automatique de billets installé à l’intérieur de la banque, une longue file attendait de se servir.

Tableau éberluant d’autant que les guichets manuels étaient quasiment abandonnés par les épargnants. «Contrairement aux clients de la Bicici, nous voulons éviter des surprises désagréables. C’est pourquoi nous avons tenu à faire nos opérations aujourd’hui (mercredi)», soutient un client. Les banques privées ne sont pas les seules à faire face à la marée humaine. La Caisse nationale des caisses d’épargne (Cnce à la rue des banques), l’un des établissements publics sous sanctions européennes pour ses accointances avec le clan Gbagbo, a été également débordée dans le quartier des affaires. A telle enseigne que de nombreux clients se sont retrouvés non loin de la voie, attendant sous un soleil de plomb. L’intérieur étant bondé de monde. Autre lieu, même décor. A Cocody en face de l’Ecole nationale d’administration (Ena), ce sont les locaux d’Ecobank qui sont devenus exigus pour contenir les nombreux détenteurs de comptes du reste excités qui tenaient coûte que coûte d’effectuer leurs transactions. En témoigne la réaction quasi-épidermique d’une jeune dame.

La Brvm et la Standard Bank dans la danse

«C’est incroyable! Depuis le 26 janvier, mon salaire a été viré mais je n’arrive pas à faire de retrait.

Je ne fais que des allers et retours inutiles. Cette fois-ci, ils vont payer mon argent sinon je ne bougerai pas d’ici», lance-t-elle dépitée. Quant à Sylla T., un autre client, il fait savoir que depuis lundi, il n’arrive pas à toucher son chèque de 500.000 Fcfa parce que «la banque est à cours de liquidité». Il entend à son tour faire le pied de grue jusqu’au règlement définitif de son chèque. Il faut indiquer que le branle-bas constaté devant plusieurs banques commerciales de la capitale économique est la conséquence de la décision de fermeture lundi, de la Bicici, (filiale de Bnp Paribas) et de l’américaine Citibank. Lesquelles ont été rejointes par Access bank. Les deux premières banques ont baissé pavillon suite aux injonctions de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) qui a menacé, le vendredi 18 février 2011, de sanctions les banques composant avec le régime «illégal et illégitime» de Laurent Gbagbo. Selon Jean François Ficheaux, administrateur et directeur général de la Bicici, la banque fonctionnait avec «nos cadres ivoiriens, il y a encore une quinzaine de jours et tout se passait très bien. Et puis avec la coupure du système de compensation automatique de la banque centrale, les banques ont essayé de mettre en place un système qui soit comptablement acceptable mais, qui nous obligeait à utiliser nos comptes de compensation avec la banque centrale de Dakar. Ce que l’administration de Laurent Gbagbo n’acceptait pas. Donc, on a voulu nous forcer à faire un système de compensation qui n’était absolument pas comptable et raisonnable». Sa structure a de ce fait refusé de travailler dans ces conditions contraires aux normes établies. «Et à partir de là, il y a eu un certain nombre de menaces contre nos collaborateurs vendredi. On a considéré que leur sécurité pourrait être mise en danger et on a décidé de les évacuer avec leurs familles. A partir du moment où vous évacuez les cadres principaux de la banque, vous ne pouvez plus la faire tourner d’une manière acceptable. C’est pour cela qu’on a été obligé de prendre la décision de fermer temporairement nos guichets», précise le patron de la banque. Tout comme cette banque, la Sgbci a également évacué ses principaux dirigeants. D’ailleurs, la Brvm où sont cotées une trentaine de titres d’entreprises sous-régionales, a aussi suspendu «temporairement» ses activités. Dans un communiqué, le Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers, l’autorité de régulation, «condamne l’occupation illégale de son siège ainsi que celui de la Brvm. Le conseil d’administration de la bourse a décidé de suspendre ses activités». La Standard chartered bank vient de suivre la tendance en fermant également ses portes. La vague de fermetures dans le secteur bancaire va certainement prendre des proportions plus inquiétantes dans les tout prochains jours.

Cissé Cheick Ely


Achetez l'integralite de Nord-Sud  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS