Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment


Dernières dépêches



Politique

Crise ivoirienne - L’armée en colère contre Choï
Publié le samedi 19 mars 2011   |  Le Temps


Le
© Reuters


Vos outils

IMPRIMER
height=28

PARTAGEZ
Dans les casernes, la colère est montée contre Choï après sa sortie maladroite et mensongère sur les ondes de Rfi, en parlant de l’armée ivoirienne.

Prétendu faiseur de paix en Côte d’Ivoire, il s’est finalement dévoilé sous son visage hideux de chef de guerre. De l’hôtel Sebroko où il s’est refugié, le Coréen Choï dirige en personne la guérilla urbaine qui sème la terreur à Abidjan.
Il s’est permis de dévoyer la mission onusienne en Côte d’Ivoire de ses objectifs en faisant des Casques bleus, des supplétifs de la rébellion. Soro et ses hommes ayant montré leurs limites face à la détermination et au sens du professionnalisme des Fds. Ce sont les hommes de Choï qui combattent à la place de la rébellion à Abobo et à l’Ouest. La preuve, des soldats sénégalais sont tombés à Abobo. A l’Ouest, plus d’une trentaine de Casques bleus sont aussi tombés. La preuve que n’affronte pas les Fds qui veut. Ces différents déboires ne sont pas faits pour aider Choï qui dans ses fonctions ne fait que prospérer dans le mensonge. L’homme est aujourd’hui, en difficulté à la tête de l’Onuci. Il subit une fronde qui pourrait l’emporter. Au sein de l’organisation onusienne, des voix s’élèvent de plus en plus pour dire à Choï que sa mission n’est pas de faire la guerre contre la Côte d’Ivoire. Le Général Afiz le commandant des Casques bleus a déjà donné le ton en crachant à Choï qu’il ne peut pas cautionner ce qui se passe dans ce pays. L’homme a préféré rendre le tablier pour l’honneur. Crachant du coup, sur les sommes d’argent colossales mises dans la balance par Sarkozy et Ban-ki moon pour avoir son silence. Dans la vie, il y a des gens qui ont le sens de l’honneur. Afiz ne veut pas être une victime de l’histoire. A l’Onuci, on est aussi convaincu de la force de frappe et du grand professionnalisme de l’armée ivoirienne au combat. Beaucoup conseillent donc la prudence. Car ils sont tous convaincus qu’il serait suicidaire d’affronter l’armée ivoirienne. Mais bien plus, ce serait une première dans l’histoire que l’Onu déclare la guerre à une armée régulière qui défend ses institutions républicaines. Choï qui se sent donc esseulé est alors sorti de son silence pour intoxiquer. Il a bien assimilé la leçon des armées occidentales. Autant d’intox contre l’ennemi. En fin de semaine dernière, Rfi qui n’a finalement plus rien à croquer dans la crise ivoirienne, lui a tendu le micro dans une interview aux questions bien orientées. Et Choï y est allé totalement à l’aise, parlant de l’armée ivoirienne. « Gbagbo ne dispose plus d’hommes. Plus de 50 000 hommes ne sont plus prêts à combattre pour lui. Il ne dispose que de 3 000 à 4 000 soldats ». A juré la main sur le cœur, le diplomate coréen qui a perdu la tête comme son parrain Sarkozy. L’homme croyait démobiliser l’armée avec ce discours plein de démagogie. Malheureusement pour lui, il a eu l’effet contraire. Parce que 50 000 hommes n’ont pas quitté Gbagbo. C’est vrai qu’il y a eu des désertions. Mais ces départs sont tellement négligeables, qu’ils n’ont aucune incidence sur le fonctionnement et la détermination de la grande muette à libérer la Côte d’Ivoire. Raison pour laquelle ce discours mensonger a mis les casernes en colère. « Si Gbagbo ne dispose que de 4000 hommes, les rebelles attendent quoi pour prendre Abidjan alors. Choï est un menteur. Nous, on les attend. Qu’ils viennent. Nous sommes des militaires. On laisse la politique aux politiciens. Mais on ne laissera pas notre pays plongé. Déjà, vous voyez le travail qu’on fait à Abobo. Le bourreau de nos frères d’armes ne se sera jamais notre chef. Il faudrait que Choï sache cela ». Menace un jeune officier de l’armée qui pour des raisons évidentes, préfèrent garder l’anonymat. Ce sentiment est le même dans toutes les casernes d’Abidjan et de l’intérieur. « Aujourd’hui, nous avons une véritable armée. Les Ivoiriens peuvent en être fiers et dormir tranquillement. Nous avons ce qu’il faut pour faire face à tous les dangers ». Ajoute un autre officier depuis plusieurs jours, sur les fronts des combats à Abobo. Et là, ce n’est pas un discours de propagande. Car depuis le début de cette crise, l’armée ivoirienne montre son sérieux et son sens du professionnalisme. Les experts en questions militaires s’accordent à dire aujourd’hui qu’avec ce qui se passe à Abobo, les Fanci se hissent de plus en plus, dans le lot des grandes armées africaines. Car il n’est pas donné à n’importe quel soldat d’affronter une armée sans visage, dans une commune surpeuplée comme Abobo. Et pourtant, les Fds tiennent le coup en réussissant à faire le distinguo entre combattants rebelles et populations civiles, malgré les hurlements des ennemis de la Côte d’Ivoire. Il faut avoir une solide formation militaire pour tenir dans les combats d’Abobo. Et ça, à l’Onu, on le reconnaît. Tout comme à Paris. Mais comme ils sont en guerre contre la Côte d’Ivoire, ils n’auront jamais le courage et l’honnêteté de le reconnaître. Ce serait pour eux, faire une passe à l’ennemi.

Guéhi Brence


Achetez l'integralite de Le Temps  en version numérique | Abidjan.net Shopping

LIENS PROMOTIONNELS