Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

46 blessés par balles en 6 jours à l`hôpital de Man (directeur)
Publié le dimanche 3 avril 2011   |  AFP


Crise
© AP
Crise post-électorale : Un blessé dans une clinique d`Anyama


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Le directeur de l`hôpital de Man, le plus grand de l`ouest de la Côte d`Ivoire en proie à des violences politico-ethniques, a affirmé dimanche à l`AFP avoir accueilli dans son établissement "46 blessés par balles" depuis le lundi 28 mars.
"Depuis le début des hostilités, lundi jusqu`à aujourd`hui, nous avons reçu
46 personnes blessées par balles", a déclaré à l`AFP Guillaume Kouassi,
directeur du Centre hospitalier régional (CHR) de Man à un journaliste de
l`AFP qui l`interrogeait sur un afflux de blessés dans son établissement
évoqué par Médecins sans frontières (MSF).
"Alors que les combats entre forces armées sur les principales villes de
l`ouest ont pris fin depuis le 31 mars, de nouveaux blessés continuent
d`affluer à Danané, Man et Bangolo", a affirmé MSF dans un communiqué publié
dimanche. "Le nombre de nouveaux blessés est extrêmement inquiétant et indique
que des violences continuent dans cette zone", ajoute l`ONG.
"Je suis surpris qu`on me dise que l`hôpital de Man est débordé du fait de
la guerre", a assuré M. Kouassi. "Par contre quand les hostilités ont
commencé, les blessés affluaient à Bangolo. J`y suis allé, les cas graves ont
été orientés au niveau du CHR de Man, c`est parmi ceux-ci qu`on a dénombré 46
blessés graves du lundi jusqu`à aujourd`hui", a-t-il ajouté.
Le directeur du CHR s`est également déclaré "un peu surpris" par les
chiffres de 800 à un millier de morts à Duékoué, évoqués par le Comité
international de la Croix rouge (CICR) et l`ONG Caritas.
"Un homme c`est quelques centimètres carrés. Peut être que ces corps là
sont cachés quelque part (...) mais je suis un peu surpris parce qu`un nombre
de 800 ou de 1.000, forcément le CHR de Man aurait été alerté", a-t-il
affirmé, ajoutant: "à moins que ces morts aient été orientés ailleurs, alors
que le CHR de Man est la structure de référence".
Selon Caritas, un millier de personnes sont portées disparues ou ont été
tuées en trois jours à Duékoué. Le Comité international de la Croix Rouge
(CICR) a parlé de 800 morts en un seul jour, le 29 mars, l`ONUCI d`au moins
330 morts, la plupart vctimes des pro-Ouattara.
Les Forces républicaines de Côte d`Ivoire (FRCI) du président reconnu par
la communauté internationale, Alassane Ouattara, a "compté" 152 corps à
Duékoué (ouest) et non des centaines, a déclaré dimanche un porte-parole,
Sidiki Konaté.
"Il est difficile d`établir ceux qui sont morts lors des affrontements ou
après les affrontements. Il donc trop tôt pour établir une responsabilité des
Forces républicaines. Il y a eu des combats, il y a eu des morts", a ajouté M.
Konaté.
Duékoué, ville d`environ 75.000 habitants, est tombée le 29 mars aux mains
des combattants d`Alassane Ouattara, après deux jours de violents combats avec
les forces fidèles au président sortant Gbagbo.

LIENS PROMOTIONNELS