Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Paris exige de Gbagbo un document de renonciation au pouvoir
Publié le mardi 5 avril 2011   |  AFP


hspace=0
© Getty Images



Vos outils
height=28

PARTAGEZ

PARIS, La France et l`ONU exigent que Laurent Gbagbo,
pour sa reddition, signe un document dans lequel il renonce au pouvoir en Côte
d`Ivoire et reconnaisse Alassane Ouattara comme président du pays, a déclaré
mardi le chef de la diplomatie française, Alain Juppé.
Paris a indiqué que le départ du président ivoirien sortant était imminent
et que des négociations étaient engagées pour sa reddition, au lendemain de
frappes de la France et de l`ONU à Abidjan contre ses derniers bastions.
"Ce qui est en cours, ce sont les tractations avec Laurent Gbagbo et sa
famille pour mettre au point les conditions de son départ", a déclaré Alain
Juppé, lors d`une audition avec son collègue de la Défense, Gérard Longuet,
devant des députés.
M. Juppé a précisé que ces négociations étaient menées par Alcide Djédjé,
ministre des Affaires étrangères de Laurent Gbagbo, à l`ambassade de France,
où il se trouve depuis lundi soir pour négocier un cessez-le-feu.
"Nous exigeons (ainsi que) le secrétaire général des Nations unies, qui est
exactement sur la même ligne, que le départ de M. Gbagbo soit précédé par la
publication d`un document sous sa signature dans lequel il renonce au pouvoir
et reconnaît (Alassane) Ouattara comme président", a précisé le ministre des
Affaires étrangères en indiquant qu`il venait d`en parler avec Ban Ki-moon.
Le chef de la diplomatie avait estimé dans l`après-midi que la France était
"à deux doigts de convaincre M. Gbagbo de quitter le pouvoir et de laisser
Alassane Ouattara l`exercer". Le ministre de la Défense avait également estimé
que tout "peut se dénouer dans les quelques heures qui viennent" en Côte
d`Ivoire.
Alain Juppé a assuré qu`il n`était pas question pour la France de
"s`inscruter" militairement en Côte d`Ivoire après la chute de Laurent Gbagbo,
en appelant à une modification du mandat des Casques bleus et leur
redéploiement à l`ouest.
"Le plus tôt notre intervention en soutien de l`Onuci (force de l`Onu)
pourra se finir et le mieux ce sera", a-t-il dit, au lendemain des frappes
menées par la force française Licorne et l`Onuci.
Lors de ces opérations lundi soir à Abidjan, les hélicoptères de la force
française ont détruit une dizaine de blindés et quatre canons anti-aériens des
forces pro-Gbagbo, a précisé le ministre de la Défense.
"La France peut être aujourd`hui fière d`avoir participé à la défense et à
l`expression de la démocratie en Côte d`Ivoire", a déclaré le Premier
ministre, François Fillon.
Le chef du gouvernement a ajouté avoir participé dans la matinée à une
conférence téléphonique avec le président français Nicolas Sarkozy et Alassane
Ouattara, le président ivoirien reconnu par la communauté internationale.
Le président français a fait état à cette occasion de "son souhait de voir
se constituer un gouvernement de large union nationale en Côte d`Ivoire pour
assurer la réconciliation de tous les Ivoiriens", a dit M. Fillon.

LIENS PROMOTIONNELS