Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Côte d`Ivoire: Gbagbo refuse d`accorder la victoire à son rival
Publié le mardi 5 avril 2011   |  AST


Présidentielle
© Abidjan.net par Prisca
Présidentielle 2010 : Laurent Gbagbo au QG de campagne de LMP
Mardi 9 novembre 2010. Abidjan, Quartier général de campagne de LMP à Cocody. Le candidat Laurent Gbagbo anime une conférence de presse


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo a déclaré qu`il ne reconnaissait pas la victoire de son rival, Alassane Ouattara. Il a rejeté une demande de Paris et de l`ONU en ce sens, dans un entretien mardi avec la chaîne de télévision française LCI.

"Je ne reconnais pas la victoire de Ouattara. Pourquoi voulez-vous que je signe ça?", a déclaré M. Gbagbo, à qui la France et l`ONU demandent, selon Paris, de signer un document dans lequel il renonce au pouvoir en Côte d`Ivoire et reconnaisse Alassane Ouattara comme président du pays.

"Si je reconnaissais la victoire de Ouattara, ça se saurait", a-t-il ajouté, sortant d`un long silence. "Je trouve absolument ahurissant que la vie d`un pays se joue sur un coup de poker de capitales étrangères", a-t-il dit dans cet entretien enregistré à 19h30.

"Je sors d`un culte pour prier, pour que la sagesse habite les uns et les autres, pour que l`on discute", a encore déclaré Laurent Gbagbo. "Que l`on s`asseye et qu`on discute, mais on ne veut pas s`asseoir, parce qu`on compte sur les forces armées étrangères", a-t-il déploré en parlant d`Alassane Ouattara.

Obama appelle Gbagbo à démissionner

Le président américain Barack Obama a appelé M. Gbagbo à "démissionner immédiatement", soutenant "fermement" les frappes de l`ONU et de la France lundi sur ses derniers bastions. Ces bombardements sur l`armement lourd des forces pro-Gbagbo avaient précipité l`effondrement de son régime, après plus d`une décennie de pouvoir et huit jours d`une offensive éclair des pro-Ouattara.

Le président sortant était, lui, "retranché" selon les Nations unies dans un "bunker" au sous-sol de sa résidence.

LIENS PROMOTIONNELS