Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Côte d`Ivoire: le Conseil des droits de l`ONU nomme la commission d`enquête
Publié le mardi 12 avril 2011   |  AFP


Nations
© ONUCI par UN Photo/John McIlwaine
Nations unies : Réunion du Conseil de sécurité sur la Côte d`Ivoire
A wide view of the Security Council at its meeting on the situation in Côte d`Ivoire. 16 February 2011. United Nations, New York


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

GENEVE - Le Conseil des droits de l`homme de l`ONU a nommé mardi les trois experts chargés d`enquêter sur les violations qui auraient été commises depuis le scrutin présidentiel de fin novembre 2010 en Côte d`Ivoire.
Le Conseil avait décidé le 25 mars, à l`initiative du groupe des pays
africains, de créer une commission d`enquête internationale indépendante sur
les violations commises en Côte d`Ivoire.
"Aujourd`hui, le président a nommé les trois experts devant enquêter sur
les allégations de violations des droits de l`homme commises en Côte d`Ivoire
après les élections présidentielles" de novembre 2010, a annoncé mardi un
porte-parole du Conseil, Cédric Sapey, lors d`un point presse.
Les trois experts doivent se réunir prochainement à Genève pour discuter
des modalités de leur mission, a-t-il précisé.
La commission d`enquête est présidée par le thaïlandais Vitit Muntabhorn,
ancien rapporteur de l`ONU chargé des droits de l`homme en Corée du Nord. Les
deux autres experts nommés sont Suliman Baldo, spécialiste soudanais de
résolution des conflits, et Reine Alapini Gansou, juriste originaire du Bénin
et présidente de la Commission Africaine des Droits de l`Homme et des Peuples.
La commission d`enquête doit présenter ses conclusions lors de la prochaine
session du Conseil en juin.
Le président du Conseil, l`ambassadeur thaïlandais Sihasak Phuangketkeow,
s`est dit préoccupé mardi par la poursuite des violences en Côte d`Ivoire,
exhortant toutes les parties sur le terrain à coopérer avec la commission.
"La nomination de la commission souligne la gravité présumée de la
situation des droits de l`homme", a-t-il insisté.

LIENS PROMOTIONNELS