Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

En Afrique du Sud, la Commission vérité et réconciliation a libéré la parole
Publié le mardi 12 avril 2011   |  AFP


Afrique
© AFP par DR
Afrique du Sud - Nelson Mandela fête a 92 ans
Le dimanche 18 juillet 2010, Nelson Mandela, héros de la lutte anti-Apartheid fête ses 92 ans


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

JOHANNESBURG - La Commission vérité et réconciliation (TRC) sud-africaine a entendu plus de 21.000 témoignages de bourreaux et victimes de la période d`apartheid, une catharsis collective qui pourrait servir d`exemple à la Côte d`Ivoire du président Alassane Ouattara.
En 1995, un an après l`élection de Nelson Mandela à la présidence,
l`Afrique du Sud a mis sur pied cette commission pour explorer ses "peurs" et
ses "douleurs" après le traumatisme de l`apartheid.
"Nous avons pour mission de faire éclater la vérité sur notre sombre passé,
d`enterrer les fantômes pour qu`ils ne reviennent pas nous hanter", déclarait
alors son président, le prix Nobel de la Paix Desmond Tutu.
Pendant trois ans, ses seize membres ont tenu des auditions publiques dans
l`ensemble du pays pour recueillir la parole des auteurs de violences
politiques, commises entre 1960 et avril 1994, et celles de leurs victimes.
Si les crimes étaient politiques, les bourreaux pouvaient en échange
d`aveux complets et d`excuses publiques obtenir une amnistie. Si leurs
témoignages étaient édulcorés, ils retombaient dans le système judiciaire
classique.
Au total, plus de 7.000 auteurs de violences politiques ont demandé pardon,
mais seulement 850 l`ont obtenu.
Pour éviter la polarisation de la société, la Commission a enquêté sur les
crimes commis par le camp du régime d`apartheid, mais aussi par ses opposants,
notamment du Congrès national africain (ANC) de Nelson Mandela.
Parmi les témoignages les plus proéminents, le tortionnaire du régime blanc
Eugene de Kock a révélé à la barre comment des dizaines de militants ANC
avaient été torturés et tués par la police secrète.
Avec réticence, la flamboyante Winnie Mandela, l`ex-femme du président, a
également comparu devant la commission en raison de violences commises par ses
partisans dans les dernières années de l`apartheid.
Par ailleurs, le processus ouvrait la porte à une système de compensations
pour les victimes ou leurs familles.
Le modèle de la TRC sud-africaine est généralement loué pour ses vertus de
thérapie collective et a été depuis appliqué dans de nombreux pays, dont le
Burundi ou le Liberia.
Mais en Afrique du Sud, il a laissé certains frustrés. La plupart des
leaders de l`apartheid, dont l`ancien président PW Botha, ont refusé de
témoigner, donnant l`impression que seuls les seconds couteaux étaient exposés.
Du côté des victimes, les compensations ont souvent été jugées trop
faibles, et trop longues à venir.
La famille de Steve Biko, le leader du Mouvement de la consience noire tué
en 2007 par la police, s`est également opposée à un processus qui lui "volait"
le droit à réparation.

LIENS PROMOTIONNELS