Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

En meeting de réconciliation à Yopougon-Ficgayo, hier Sidiki Konaté (représentant du 1er ministre) : “Des chefs de village ébrié sont responsables des tueries à Yopougon” Frci et jeunes patriotes se réconcilient
Publié le mercredi 18 mai 2011   |  Le Nouveau Réveil




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Les Frci ont organisé un meeting de réconciliation à Yopougon Ficgayo au cours duquel les jeunes patriotes se sont repentis et ont demandé pardon à la Côte d'Ivoire pour tout le mal fait. Maguy le Tocard, Eugène Djué, Elie Halassou, Sam l'Africain, Kima Emile, Koné Seydou et Koné Lagarton étaient les invités des Forces républicaines pour un acte fort de réconciliation. Eugène Djué a dit à ce propos : " C'est le pays qui est à sauver. Nous avons travaillé avec Gbagbo. Mais aujourd'hui, nous devons aller à la réconciliation avec le président Alassane Ouattara ". Maguy le tocard (naguère, redouté chef milicien à Yopougon), lui, s'est mis à genoux pour demander pardon au peuple ivoirien : " Je voudrais avant tout présenter mes excuses. Je voudrais vous demander pardon. En Afrique, lorsqu'on fait quelque chose de mauvais, on se met à genoux. Alors je me mets à genoux. Je vous demande encore une fois et mille fois pardon. Au nom de tous mes camarades, au nom de tous ceux qu'on a appelés les groupes d'autodéfense, au nom des miliciens, je prends la parole ici solennellement pour vous dire aujourd'hui que la paix est revenue à Yopougon. Nous allons œuvrer pour que nos camarades qui sont encore dehors déposent les armes. Nous allons faire en sorte de faciliter le travail du commandant Chérif Ousmane pour retrouver les armes cachées(…) Nous prenons l'engagement de nous mettre à la disposition du président Alassane Dramane Ouattara, de nous mettre à la disposition du premier ministre Soro Guillaume", a-t-il dit avant d'appeler tous ses camarades à la réconciliation et à la paix. Le ministre Konaté Sidiki, représentant le 1er ministre (parrain de la cérémonie) n'est pas passé par quatre chemins pour situer les responsabilités dans les massacres perpétrés à Yopougon. Pour lui, certains chefs des villages de Yopougon, les cadres Lmp, les généraux et le maire de la commune avaient une connexion avec les miliciens pour semer la mort. Dans un discours qu'il a voulu de vérité, il a tancé les chefs ébrié qu'il a accusés d'avoir " reçu des conteneurs de Kalachnikovs ", d'avoir favorisé " le recrutement des miliciens de Yopougon " et d'avoir " participé à leur formation ". Cependant, il a appelé les populations au pardon et les a invitées à bannir tout acte de vengeance. Pour lui, si les Ivoiriens veulent accompagner le président Ouattara dans son ambition de rebâtir la Côte d'Ivoire, ils doivent cultiver la paix. Le commandant Chérif Ousmane a, lui, demandé aux Ivoiriens " d'arrêter de rêver " car, pour lui, les prophéties ne changeront rien à l'ordre politique en Côte d'Ivoire. Il leur a donc demandé de " tourner la page " parce que les Frci ont accompli leur mission " d'installer le candidat élu ". Il a, pour finir, invité les populations de Yopougon " à ouvrir les yeux et à donner les informations partout sur les comportements suspects. " Il a enfin demandé à ceux qui détiennent encore des armes à les rendre pour la sécurisation totale de Yopougon. Bema Fofana, président des jeunes Forces nouvelles, président du comité d'organisation, Karamoko Yayoro, président du Rjdp, le représentant du maire de Yopougon, ont tous appelé à la réconciliation et à la paix.
François Konan

LIENS PROMOTIONNELS