Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Sarkozy "veut croire" que les 2 Français enlevés à Abidjan sont vivants
Publié le samedi 21 mai 2011   |  AFP


Le
© Getty Images
Le président Français Nicolas sarkozy


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

ABIDJAN - Le président français Nicolas Sarkozy a déclaré samedi à Abidjan qu`il "voulait" croire que les deux Français enlevés le 4 avril à Abidjan étaient toujours vivants et a promis que les auteurs de cet enlèvement seraient "punis sévèrement".

"Que leurs familles, que leurs proches sachent que nous ne les oublions pas. Nous ne ménagerons aucun effort pour les retrouver, je l`espère, je veux y croire, sains et saufs", a déclaré M. Sarkozy lors d`un discours prononcé devant la communauté française de Côte d`Ivoire sur la base militaire française de Port-Bouët, à Abidjan.

"Nous mettrons également tout en oeuvre pour que soient identifiés et punis sévèrement les auteurs de cet enlèvement abject. On ne peut pas toucher à des citoyens français en toute impunité, ce ne serait pas juste, et ce ne serait pas conforme à l`idée que je me fais de la morale", a-t-il poursuivi.

"Le président (ivoirien Alassane) Ouattara m`a assuré à cet égard de son soutien et du plein concours des autorités ivoiriennes", a également asssuré le chef de l`Etat français: "ceux qui ont fait ça auront à rendre des comptes".

Le directeur français de l`hôtel Novotel d`Abidjan, Stéphane Frantz di Rippel, son compatriote Yves Lambelin (président de Sifca, première entreprise privée de Côte d`Ivoire), le Malaisien Chelliah Pandian (directeur général de Sania, filiale du groupe Sifca) et le Béninois Raoul Adeossi (assistant de M. Lambelin), ont été kidnappés le 4 avril par des hommes armés au sein du
Novotel.

Abidjan était alors en proie à de violents combats entre fidèles du président sortant Laurent Gbagbo et partisans du nouveau chef d`Etat Alassane Ouattara.

Le ministre ivoirien de la Justice Jeannot Kouadio Ahoussou a assuré jeudi à l`AFP que l`enquête avançait "très, très bien". "Nous sommes sur la bonne piste", avait-il ajouté sans donner plus de détail.

LIENS PROMOTIONNELS