Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Au sortir de sa réunion du comité central / Le FPI annonce : “Pas de ministre, sans libération de Gbagbo”
Publié le jeudi 26 mai 2011   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


4 Heures. C’est le temps qu’a duré la réunion extraordinaire du comité central du Front populaire ivoirien, tenue hier, dans les locaux du CNRD à Cocody. Commencée à 9H45 minutes, c’est finalement à 13H50 que cette rencontre présidée par le numéro 3 de l’ancien parti au pouvoir, le Pr. Mamadou Koulibaly, a pris fin. Au sortir de cette réunion extraordinaire qui s’est voulu « franche et décisive », selon les initiateurs, le FPI indique qu’il pourrait ne pas participer au prochain gouvernement d’ouverture prôné par le président de la République, Alassane Ouattara. Face à la presse juste après la rencontre, le président Mamadou Koulibaly a déclaré que l’entrée de son parti au gouvernement du Premier ministre Soro Kigbafori Guillaume sera conditionnée par la prise en compte de certaines revendications que le FPI compte mettre dans la balance. Une pléthore de conditions, dont la plus importante est la libération de Laurent Gbagbo et de tous ses proches assignés à résidences surveillées à Korhogo, Katiola, Odienné, Bouna et Abidjan. Selon Koulibaly et ses camarades du FPI, il n’est pas question pour eux de collaborer dans un gouvernement pendant que leur candidat à l’élection présidentielle de novembre et certains de leurs militants sont encore privés de leur liberté. « Nous irons au gouvernement, mais à condition que la question de nos camarades incarcérés, la sécurité et bien d’autres questions soient résolues », a souligné le troisième vice-président du FPI. Pour celui-là même qui fait aujourd’hui office de premier responsable de l’ex-parti au pouvoir, le gouvernement peut se faire sans sa formation politique. « Le FPI n’est pas pressé. Quand nous serons prêts, quand les conditions de sécurité et de libération de nos camarades seront remplies, alors nous pourrons envisager sérieusement d’entrer au gouvernement », a insisté Mamadou Kouibaly. Tout en précisant que la réunion a par ailleurs donné mandat à la direction provisoire du parti qu’il dirige de continuer à discuter au cas où elle aurait été contactée par le gouvernement du Premier ministre Soro.

A cette rencontre extraordinaire, l’on a noté la présence de plusieurs cadres FPI, notamment le secrétaire général Miaka Ouréto et son adjoint Laurent Akoun, le ministre Alphonse Douaty, les professeurs Dedi Sery et Augustin Guéhoun.

Diawara Samou

LIENS PROMOTIONNELS