Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Le Guinéen Kouyaté inquiet de la sécurité à la frontière ivoiro-libérienne
Publié le lundi 30 mai 2011   |  AFP


Gestion
© Abidjan.net par Serge T.
Gestion de l`après-crise : les Amazones de Tapé Mambo à l`école de l`ancien premier ministre Guinéen, Lansana Kouyaté
Mardi 28 septembre 2010. Abidjan. Bourse du Travail de Treichville. Des centaines de femmes membres de la chaîne de solidarité de la société civile féminine (CSSFCI), affiliée à la Coordination de la société civile dirigée par M. Tapé Mambo, ont invité l`ancien patron de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) en Côte d’Ivoire, et ancien premier ministre de la République de Guinée, M. Lansana Kouyaté (photo) pour débattre sur le thème: "prévention et gestion conflits en afrique"


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


L`ancien Premier ministre guinéen Lansana Kouyaté a appelé lundi à Abidjan à renforcer la sécurité à la frontière ivoiro-libérienne, alors que des miliciens venus du Liberia ont été impliqués dans les violences dans l`ouest ivoirien liées à la crise post-électorale.

"La frontière (ouest de la Côte d`Ivoire) avec le Liberia me donne beaucoup d`inquiétudes", a affirmé M. Kouyaté lors d`un point de presse.

"C`est un passage trop facile (...). Quand on parle de miliciens libériens (...) ce n`est pas que des Libériens, c`est parfois des gens qui viennent d`un peu partout et qui se retrouvent à la frontière parce qu`ils sont sans emploi", a-t-il poursuivi.

Pour lui, "il faut que dans cette pédagogie générale de réconciliation, on pense à sécuriser la frontière de la Côte d`Ivoire avec le Liberia", rappelant que "la partie la plus violente de la crise s`est ressentie dans cette région".

Dimanche, le président ivoirien Alassane Ouattara a promis de mettre fin aux exactions "d`ici quelques semaines" dans l`ouest, frontalier du Liberia et de la Guinée.

Pour M. Ouattara, ces violences sont à mettre sur le compte d`anciens mercenaires et miliciens de l`ex-chef d`Etat Laurent Gbagbo, arrêté le 11 avril à Abidjan après plus de quatre mois de crise née de son refus de reconnaître sa défaite au scrutin de novembre 2010.

LIENS PROMOTIONNELS