Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Société

Après son arrestation le 11 avril : Gbagbo «fête» ses 66 ans en détention
Publié le mardi 31 mai 2011   |  L'expression


Annan,
© Getty Images
Annan, Tutu et Robinson rendent visite à Gbagbo à Korhogo
Les membres du groupe dit des Elders (Anciens) Kofi Annan, Desmond Tutu et Mary Robinson, sont arrivés lundi matin à Korhogo, dans le nord de la Côte d`Ivoire, pour rencontrer le président ivoirien déchu Laurent Gbagbo, placé en résidence surveillée


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Personne n’aurait cru, pas même lui, si on lui avait prédit que cette année, son 66 anniversaire de sa naissance le trouverait en détention. Mais le temps, cet autre nom de Dieu (une de ses expressions favorites), joue souvent des tours aux humains. Laurent Gbagbo, le Séplou, se trouve aujourd’hui en résidence surveillée à Korhogo. L’ex-chef de l’Etat aime la vie. Il l’a dit au cours d’une interview accordée à la chaîne française Lc1. Il aime tellement la vie qu’il n’a pas hésité, au plus fort de la crise, quand tonnaient encore les canons, à s’offrir un concert privé du groupe Kassav, avec vins et champagnes de grande frappe autour de la piscine de sa résidence. On comprend dès lors combien doit être éprouvante et contrariante cette assignation à résidence. Surtout à Korhogo, dans cette partie «non utile» de la Côte d’Ivoire. L’assignation à résidence de l’ancien président signifie, outre le fait de n’être plus aux affaires, l’impossibilité pour lui d’organiser de grandes fêtes, de prendre des bains de foule quotidiens, de recevoir les «gbô» des jeunes patriotes. Une chose est sûre, Laurent Gbagbo en liberté aurait organisé une de ces réjouissances dont les Ivoiriens se seraient souvenus pendant longtemps. Pour cette circonstance, Laurent Gbagbo aurait dégagé de grands moyens, déplacé des foules de jeunes, vieux, mamans, enfants patriotes pour célébrer sa résistance contre les Français, ces envahisseurs qui veulent arracher le pain de la bouche des Ivoiriens. Les Simone Gbagbo, Blé Goudé, Attéby Williams, Bro Grébé,…auraient été aux premières loges de ce pharaonique anniversaire de la résistance. Mais à défaut de la solennité de l’événement, Laurent Gbagbo, en tant qu’ancien chef de l’Etat, a le droit de se voir souhaiter le traditionnel «Happy birthday». C’est aux populations de Korhogo qu’il reviendra de le faire, elles qui ont dit le coutumier «Fotamana» à l’ex-opposant historique le 14 avril.

M’Bah Aboubakar

LIENS PROMOTIONNELS