Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Économie

Commerce / Retour de la Côte d’Ivoire dans l’AGOA: Le secteur privé lance l’offensive à partir de Lusaka (Zambie)
Publié le mardi 31 mai 2011   |  L'intelligent d'Abidjan


Economie
© Ministères
Economie - La Cote d`Ivoire participe aux Assemblées de printemps organisées conjointement par le FMI et la Banque mondiale à Washington
Photo: le ministre de l`Economie et des finances Charles Koffi Diby (G) et l`administrateur Francais du FMI et de la Banque Mondiale, Ambroise Fayolle (D)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le secteur privé ivoirien prendra part aux travaux du 10ème Forum AGOA (Trade Policy Staff Committee) qui se tiendra du 6 au 10 juin 2011 au Centre de Conférences Internationales de Mulungushi à Lusaka (Zambie). Cette initiative de l’APEX-CI (…) en collaboration avec la CGECI, est le signe d’une offensive du secteur privé qui bien qu’affecté par la crise socio-politico militaire s’est toujours intéressé au marché américain.

«Renforcement des échanges commerciaux par une meilleure compétitivité, une plus grande création de la valeur ajoutée et une intégration régionale plus forte ». Tel est le thème du10ème Forum de Coopération Economique et Commerciale entre l’Afrique et les Etats-Unis d’Amérique auquel prendront part les ministres du Commerce des 37 pays africains éligibles à l’AGOA. L’objectif fondamental de la participation du secteur privé ivoirien est de faire un plaidoyer pour la rééligibilité de la Côte d’Ivoire à l’AGOA et de se positionner pour l’éligibilité au Millenium Challenge Corporation (MCC). La délégation du secteur privé ivoirien est dirigée par M. Guy M’Bengue, Directeur général de l’APEX-CI, Coordinateur de la Taskforce Côte d’Ivoire Back to AGOA/MCC. Au cours de ce Forum annuel économique, il sera question de la mise en œuvre de l’AGOA dans les pays africains éligibles, de lever les obstacles et d’aborder les perspectives. Ce sera également l’occasion d’évaluer les efforts de l’administration américaine et des ajustements nécessaires pour permettre aux Etats africains éligibles de profiter pleinement des dispositions de cette loi. Sous la conduite de l’APEX-CI, la Côte d’Ivoire a obtenu son éligibilité à l’AGOA en avril 2002 et son renouvellement en 2003 et 2004, de même que le visa douanier pour l’exportation des produits textiles sur les USA en octobre 2003. Bien que la Côte d’Ivoire ait bénéficié d’avantages préférentiels (49 millions de Dollars d’exportation en 2002 et 77 millions de dollars en 2003), le programme de mise en œuvre, concocté par l’APEX-CI avec l’aide de la Banque Mondiale s’est arrêté en raison du non-renouvellement de l’éligibilité de la Côte d’Ivoire à l’AGOA en 2005. Mais suite aux événements sociopolitiques de novembre 2004, avec la dégradation de l’environnement des affaires, la Côte d’Ivoire s’est vu retirer son éligibilité à l’AGOA en 2005. Pour rappel, l’administration américaine avait identifié cinq critères de performance (benchmarks) qui devraient être satisfaits pour que le pays retrouve son éligibilité à l’AGOA. Ces critères ont trait à l’amélioration du climat politique par la mise en œuvre intégrale et stricte des accords politiques, en remplissant en toute bonne foi les obligations relatives au processus de paix ; à la consolidation de la paix en maintenant un cessez-le-feu absolu, en assurant des élections justes, transparentes et démocratiques, et en prouvant le respect des droits de l’Homme par une meilleure performance des forces de sécurité ; à l’amélioration de l’environnement des affaires en favorisant la transparence au niveau des règles et dispositions, en offrant un traitement non discriminatoire aux sociétés et aux investisseurs étrangers et en réglant les litiges en suspens liés aux investissements avec des entreprises américaines (Exxon-Mobil /Centaures Routiers et Cora de Comstar) ; à la poursuite des réformes et des progrès du système judiciaire par l’établissement de mesures contre la corruption et la formation des juges et l’instauration de règles claires et cohérentes dans le secteur du cacao et l’encouragement à l’application juste et non discriminatoire des taxes, droits et règles d’exportation dans cette filière (réforme de la filière café-cacao et traitement de la question du travail des enfants dans la cacao-culture dans le cadre de la certification du cacao). Afin d’adresser ces défis et retrouver l’éligibilité, l’APEX-CI a mis en place, avec l’accord des autorités ivoiriennes, un groupe de travail pluridisciplinaire secteur public-secteur privé, dénommé ‘’Back to AGOA Taskforce’’, dont elle assure la coordination. Aujourd’hui, la dernière préoccupation est levée avec la tenue des élections présidentielles et l’élection à la magistrature suprême du Président Alassane Ouattara. Toutes les conditions sont enfin remplies pour que la Côte d’Ivoire puisse être éligible à l’AGOA. C’est dans ce nouveau contexte que l’APEX-CI, en collaboration avec la CGECI, a décidé de lancer un plaidoyer à la fois interne et externe afin de retrouver notre éligibilité à l’AGOA. La participation à ce forum AGOA répond à plusieurs objectifs. Il s’agit entre autres, de montrer au gouvernement américain, l’engagement et l’intérêt du secteur privé ivoirien pour l’éligibilité de la Côte d’Ivoire à l’AGOA et au MCC ; échanger avec la Commission américaine AGOA (Trade Policy Staff Committee) sur les derniers développements en Côte d’Ivoire avec l’amélioration de la situation socio-politique suite à l’arrivée au pouvoir de Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara ; présenter l’offre ivoirienne (PME, grandes entreprises, exportateurs et industriels) au niveau du secteur privé africain et américain.
Honoré Kouassi

LIENS PROMOTIONNELS