Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Économie

Fin de la mission conjointe Fmi-Banque mondiale-Bad : Un décaissement de 65 milliards de Fcfa en juillet
Publié le mercredi 1 juin 2011   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


“Les autorités de la Côte d’Ivoire et la délégation du Fmi se sont entendus sur un ensemble de politiques macro-économiques à mettre en œuvre durant le reste de l’année 2011, en vue de relancer l’économie du pays ». Ces propos ont été tenus hier, au ministère de l’Economie et des Finances par Doris Ross, Chef de délégation de la mission conjointe Fmi-Banque mondiale-Bad qui a séjourné en Côte d’Ivoire du 18 mai au 1er juin 2011. A cet effet, Doris Ross a annoncé, dans le cadre de la Facilité de crédit rapide (Fcr), un décaissement de 130 millions d’euros, soit 65 milliards de Fcfa qui pourrait intervenir en juillet prochain. Et cela, sous réserve de l’approbation par la Direction générale et le conseil d’administration du Fmi.

Doris Ross a reconnu qu’au cours de la période précédant l’élection présidentielle, le programme économique à moyen terme est parvenu globalement à stabiliser l’économie, rétablir les relations avec les créanciers extérieurs et enregistrer des progrès sur un certain nombre de reformes structurelles. Ce n’est qu’au début de décembre 2010 que l’économie ivoirienne a ressenti le contrecoup des évènements postélectoraux : Les sanctions économiques avec la fermeture des ports, des banques, le conflit armé dans l’ouest de la Côte d’Ivoire et l’utilisation d’armements lourds à Abidjan, les pillages à grande échelle et le déplacement des populations, n’ont pas aidé le pays. Tout en reconnaissant que la sécurité demeure une préoccupation, le Fmi dit avoir pris bonne note des prévisions ‘‘ambitieuses’’ des autorités ivoiriennes qui tablent sur une contraction de l’activité économique de 6,3% en 2011. Doris Ross a révélé que les besoins financiers de la Côte d’Ivoire sont énormes, car il faut rétablir l’administration publique, veiller à la reprise économique qui passe par la réhabilitation de l’infrastructure et à la réduction de la pauvreté. Elle s’est réjouie cependant de l’engagement du Gouvernement à surmonter un certain nombre de défis à moyen terme auxquels la Côte d’Ivoire sera confrontée. A savoir renforcer les réformes dans les domaines de l’administration fiscale et douanière, de la Fonction publique, de la lutte contre la pauvreté, de la filière café-cacao et du secteur de l’énergie. « Dès que des progrès auront été accomplis au niveau de l’établissement des priorités et des plans à court et moyen termes, l’équipe du Fmi est disposée à revenir à Abidjan pour discuter d’un programme économique triennal qui pourrait être soutenu par la Facilité élargie de crédit du Fmi.

Jean Eric ADINGRA

LIENS PROMOTIONNELS