Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Société

Commandant Ousmane Coulibaly dit ‘’Ben Laden’’ : “Yopougon est totalement sécurisée”
Publié le mercredi 1 juin 2011   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

La commune de Yopougon est totalement pacifiée, il ya plus de trois semaines par les FRCI. Les combats y ont été très rudes. Le commandant du Groupement Tactique (GT8) détaché à la Brigade Anti Emeute (BAE), le commandant Ousmane Coulibaly alias ‘’Ben Laden‘’ revient sur la libération de Yop. Il invite policiers et gendarmes à regagner leur postes traditionnels. Entretien.
Le Patriote: Pouvez-vous nous raconter brièvement la libération de Yopougon?
Coulibaly Ousmane: La libération de Yopougon n’a pas été chose facile. Vous le savez tous, c’était le fief de toute la milice et de tous les mercenaires de Gbagbo. Ce qui fait que l’opération a été très lente. On avait tout Abidjan sauf Yopougon. Ce qui était inadmissible. Et avec l’appui de tous les commandants des Groupements Tactiques (GT) présents à Abidjan nous avons unis nos forces et nous sommes montés au créneau pour pouvoir rapidement libérer cette commune avec ces miliciens. Il faut l’avouer ça n’a pas été chose facile, mais ce n’était pas aussi impossible pour nous. Nous sommes arrivés vaille que vaille à récupérer Yopougon des mains des miliciens et mercenaires sans faire trop grands dommages.

LP: Pourquoi la libération de Yopougon n’a été facile ?
C.O.: Parce qu’il y avait des ex- FDS qui combattaient aux côtés de ces miliciens. Notamment des éléments de la BAE, par le peloton de gendarmerie de Yopougon. Ces éléments servaient d’appui à ces miliciens et mercenaires à la solde de Gbagbo. Et comme ils étaient tous basés ici à Yopougon, vous comprenez que ce n’était chose aisée pour nous. Il fallait faire preuve de professionnalisme pour épargner la vie des populations. C’est ce que nous avons fait, c’est pourquoi l’opération a pris du temps. Sinon ce n’était pas les moyens qui nous manquaient.

LP: De quels types d’armement ces miliciens disposaient-ils?
C.O.: A dire vrai, ils étaient puissamment armés. Ils avaient des chars, des douze sept, des RPG 7, etc. C’est l’essentiel de ces armes qui constituent une armée. Mais malgré tout cet arsenal, ils ont été mis hors d’état de nuire.

LP: Quel est actuellement le point de la situation sécuritaire dans cette commune?
C.O.: Il faut dire qu’au jour d’aujourd’hui Yopougon qui était appelé Yopougon la guerre est devenu Yop la paix. Vous pouvez vous-même sillonner les différents quartiers pour vous rendre compte de la pacification totale de cette commune qui est sécurisée à 120 % pour ne pas exagérer. Mais n’empêche que nous restons vigilants. Car quoi qu’on dise, tout le monde n’est pas encore pour ce pouvoir en place. Ce qui nous demande encore beaucoup de vigilance. Les patrouilles continuent. Pour ce qui est de la sécurité la vie a repris. Nous sommes à pied d’œuvre de jour comme de nuit avec les patrouilles pour davantage rassurer les populations. Yopougon est totalement sécurisée aujourd’hui. Actuellement nous sommes en train de faire des recherches pour pouvoir trouver les dernières armes cachées. C’est à quoi nous nous attelons actuellement.

LP: A ce jour combien d’armes avez-vous récupéré?
C.O.: Pour les statistiques je préfère que vous vous referiez au chef d’Etat-major des Armées qui est mieux placé vous les donner.

LP: Des milliers d’habitants de Yopougon qui avaient abandonné la commune hésitent encore de regagner leurs domiciles respectifs. Quels messages à l’endroit de ces populations?
C.O.: Tous ceux ont quitté la commune de Yopougon qu’ils regagnent leurs domiciles. Avec le Président de la République, Son Excellence Alassane Ouattara qui ne prône que la paix à donner toutes les instructions nécessaires et avec les recommandations du Premier Ministre et Ministre de la Défense, M. Guillaume Soro que cette population soit sécurisée et comme partout en Côte d’Ivoire. C’est pourquoi nous multiplions les patrouilles. Ceci pour dire que ceux qui avaient abandonné la commune qu’ils peuvent revenir. Il n’y a pas de chasses aux sorcières. Et ils se reprochent rien qu’ils rentrent tranquillement chez eux et vaquer à leurs occupations. En tout cas nous sommes là, nous nous tenons à leur écoute de jour comme de nuit.

LP: Des actes de pillages perpétrés à Yopougon ont été imputés à des éléments des Forces Républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI). Quels commentaires?
C.O.: Vous savez c’est facile d’accuser Paul, Pierre et Jean. Mais pour une situation comme celle de Yop, ce n’est pas chose aisée. Vous voyez la prison civile (Maison d’Arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA)) a été cassée par le Sergent Ibrahim Coulibaly et ses éléments. Et ces éléments qui sont sortis des prisons ont reçu des treillis et des armes. Donc c’est facile. Une fois quelqu’un porte le treillis il se fait facilement passer pour un élément des FRCI, voilà le coup est toute de suite joué. Nous sommes en train de nous atteler, c’est pourquoi nous avons commencé l’encasernement de tous nos éléments FRCI afin de connaître les fautifs. Ça c’est d’un. D’ailleurs nous sommes très avancés avec cette opération d’encasernement. Et ensuite dans une situation pareille où il n’existe ni police ni gendarmerie on est exposé à ce que vous connaissez.

LP: De quoi s’agit-il?
C.O.: Le désordre. Chacun peut se fait passer pour un élément des FRCI, il lui suffit d’avoir un treillis. Hier encore nous avons pris un groupe. Des femmes qui se font complice de ces pillages, elles viennent voir des éléments, prétextant qu’elles veulent déménager. Alors que la maison où l’appartement ne les appartient pas. Elles prennent les bagages pour aller se les partager. Mais généralement elles le font avec des éléments qu’elles connaissent avant et qu’ils ne faisaient pas partie des Forces Nouvelles à plus forte raison des nouvelles FRCI. Donc voilà ce à quoi nous assistons. Nous n’avons pas baissé la garde, une solution est en train d’être trouvée avec l’encasernement.

LP: Quel sort pour des hommes en treillis qui n’appartiennent à aucune unité ou compagnie et qui sont encore en arme?
C.O.: Tous ceux qui détiennent illégalement des armes seront systématiquement désarmes. C’est la moindre des choses. Le Premier Ministre et Ministre de la Défense est très formel sur le sujet. C’est pour le Président de la République a recommandé d’encaserner immédiatement tous nos soldats. Tous ceux qui seront pris avec des armes subiront la rigueur de la loi. Les prisonniers qui étaient à la MACA regagneront leur cellule. Et ce sera chose faite les jours à venir.

LP: Quand est-il des miliciens et mercenaires qui ont été fait prisonniers? Ou sont ils détenus?
C.O.: Comme l’a demandé le Président Ouattara, il faut pouvoir pardonner. Ils sont là au moment venus ces prisonniers miliciens seront mis à la disposition du Ministre de la Défense à l’effet de prendre toutes les dispositions qui s’imposent.

LP: Quelle collaboration entre les FRCI et les Policiers?
C.O.: La collaboration est parfaite. Yopougon est l’une des rares communes à avoir ouvert tous les commissariats. Vous pouvez sillonner la commune pour le constater. Les Brigades de gendarmeries sont aussi ouvertes. Une cérémonie officielle a été organisée à cet effet. Au jour d’aujourd’hui les commissariats et Brigade de gendarmerie sont ouverts et fonctionnels sur toute l’étendue de la commune de Yopougon. Ce sont ceux qui ne veulent pas travailler qui tardent encore à regagner leur poste. En tout cas nous disons aux populations de compter sur les FRCI dans sa globalité. Ils n’ont rien à rien à craindre. Qu’elles comptent également sur le Président de la République et Premier Ministre pour leur sécurité. A la population Ivoirienne plus jamais ce que nous avons connu ne se reproduira. La paix est revenue, elle est désormais définitive. Que chacun s’y met au travail pour le bonheur de la Côte d’Ivoire. Je voudrais souhaitée à toute la Côte d’Ivoire une paix retrouvée.
Réalisée par Anzoumana Cissé


Interview /Gaoussou Touré (DC d’ADO) :
« Avec ADO, les Ivoiriens renoueront avec le bonheur »
Il était le Directeur de campagne chargé du programme de gouvernement du président Alassane Ouattara. Au lendemain de l’élection de son candidat, Gaoussou Touré se confie au Patriote.

Le Patriote: Que retenez-vous de la cérémonie d’investiture du président Alassane Ouattara, qui s’est tenue le samedi 21 mai dernier, à Yamoussoukro?
Gaoussou Touré: Nous sommes revenus avec de très bonnes impressions. Nous avons eu droit à une très belle cérémonie, qui s’est déroulée dans d’excellentes conditions. Avec tous les records de présence de chefs d’Etat et de personnalités battus. Cela signifie clairement que nous avons le soutien de toute la Communauté internationale. Nous avons donc vraiment de réelles raisons de nous réjouir. Personnellement, je suis doublement heureux. Heureux du fait que la cérémonie s’est très bien passée. Mais aussi, en tant que responsable chargé de l’élaboration du programme de gouvernement d’Alassane Ouattara, je me réjouis que le Chef de l’Etat ait fait un véritable discours-programme à l’occasion de cette cérémonie d’investiture. Il a dit, et c’est ce qu’il faut retenir, que malgré le retard que nous avons pris, il réalisera le programme pour lequel il a été élu.

LP: Dans son discours d’investiture, le Président de la République a mis l’accent sur la compétence et la rigueur. Pour vous qui êtes son collaborateur, comment comprenez-vous cela?
GT: Il faut d’abord dire que nous ne sommes pas surpris. Nous savons à quel point le président Alassane Ouattara accorde de l’importance aux mots compétence et rigueur. Pour le Chef de l’Etat, il faut mettre l’ensemble des Ivoiriens au travail. C’est la seule condition pour permettre à la Côte d’Ivoire de renouer avec le développement et le progrès. Pour cela, le président a des recettes très simples. Il suffit de se rappeler cette période où il était Premier ministre. Quand il arrivait au bureau à 7h, il appelait dans les bureaux pour constater la présence ou non de ses ministres et autres directeurs à leurs postes. Tous étaient donc obligés d’être à leurs postes avant son coup de fil. C’est aussi cela être un chef. Aujourd’hui, le Président ne fera que remettre en place ces recettes qu’il a eues à appliquer par le passé.

LP: Il y a aussi ces défis majeurs que sont la paix et la réconciliation.
GT: L’un des points essentiels pour le Président de la République, c’est de faire en sorte que les Ivoiriens puissent effectivement se réconcilier et que nous créions les conditions de la paix. Parce que sans paix, il n’y a pas de possibilité d’investissement, donc pas de possibilité de travailler en toute quiétude. Le Président a toujours insisté en disant qu’il est le président de tous les Ivoiriens. Il fera donc en sorte que partout, dans la mesure de ses possibilités, il puisse défendre les intérêts de la Côte d’Ivoire et des Ivoiriens. L’homme a les compétences et l’intelligence nécessaires. Cela, sans oublier ses relations qui permettront d’appuyer les financements dont il aura besoin durant son mandat. Je suis convaincu qu’avec le président Ouattara, les Ivoiriens vont très bientôt renouer avec le bonheur et la prospérité.
Réalisée par Diawara Samou

LIENS PROMOTIONNELS