Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Économie

Programme présidentiel d’urgence : Les experts au labo pour s’approprier le plan
Publié le vendredi 3 juin 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Le programme présidentiel d’urgence censé résoudre les problèmes d’eau, d’électricité, de santé, de salubrité et d’éducation a fait récemment l’objet d’un atelier à Grand-Bassam à l’initiative du Bureau national d’études techniques et de développement (Bnetd). Ces assises qui ont réuni les experts de ce service important de l’Etat vise une meilleure appropriation du projet gouvernemental de reconstruction pour lequel 45 milliards ont été débloqués. Selon le directeur général, cette appropriation devrait faciliter une exécution optimale du programme présidentiel. A en croire Pascal Kra Koffi, il est question d’aboutir à l’élaboration d’un document cadre. D’ailleurs, des équipes sont à pied d’œuvre pour le volet éducation et santé. Le bureau national dont l’une des missions est d’assister le gouvernement dans la prise de décision voudrait ainsi servir de levier d’accompagnement au projet d’Alassane Ouattara qui propose « des solutions concrètes aux problèmes des populations ivoiriennes» la dégradation générale d’infrastructures de base. Il comporte 24 chapitres fusionnés regroupés deux grandes parties à savoir « la modernisation des services publics » et « la relance des activités économiques ». Outre la réconciliation qui doit s’adosser au principe de neutralité et de laïcité de l’Etat, le programme présidentiel met un point d’honneur sur la mise en place d’une justice qui passe par la refonte de l’armée ainsi que du processus de décentralisation. La fonction publique n’est pas en reste de ce remodelage. Le deuxième volet qui porte sur la relance des activités économiques, découle d’un engagement fort que le président ivoirien prend dans la lutte contre la pauvreté, dans l’amélioration du cadre de vie et celle de l’agriculture.

Emmanuelle Kanga à Grand-Bassam

LIENS PROMOTIONNELS