Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Partis politiques et société civile réagissent
Publié le vendredi 3 juin 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Dr Maurice Fahé (politologue) : « J’espère que ceux qu’ils n’ont pas été nommés parce que c’est leur tour»

Impression sur le nouveau gouvernement

Premièrement, comme tout le mon­de, j’observe que le Fpi ne fait pas partie du gouvernement. Deu­xièmement, beaucoup de figures que nous retrouvons dans ce gouvernement ne sont pas des inconnus. Certains ont déjà été au gouvernement, d’autres ont exercé de hautes fonctions. Les gens ont tendance à dire, “c’est notre tour’’, j’espère profondément que ceux qui sont là n’ont pas été nommés parce que c’est leur tour, mais parce qu’ils sont capables de faire sortir la Côte d’Ivoire de là où elle se trouve et de lui faire faire un pas en avant.

L’absence du Fpi

L’absence du Fpi du gouvernement ne pose aucun problème quant au fond. Je pense qu’il faut sortir des gouvernements de partage national. Il s’agit juste de partager les postes, les crédits budgétaires et les privilèges qui s’y rattachent. Ce n’est pas cela la réconciliation. De mon point de vue, la réconciliation doit partir du droit égal pour chaque citoyen de faire des choses que la loi autorise, dans la liberté et en toute sécurité. Si le Président veut imprimer une marque nouvelle à la politique ivoirienne, à la conduite du gouvernement, c’est à lui veiller à ce que sa volonté soit faite, autrement dit c’est à lui de faire de sorte que les perspectives qu’il a dégagées, la politique qu’il a définie soient mises en œuvre clairement et efficacement au service de la Côte d’Ivoire, du peuple ivoirien et sous la forme voulue par lui.
De la représentation de la société civile

Je ne sais qui est de la société civile dans ce gouvernement et là j’avoue mon ignorance. Il y a probablement des ministres issus de la société civile mais je ne les connais pas. Je n’ai pas la capacité de savoir qui est de la société civile et qui ne l’est pas. La société ivoirienne comprend de nombreuses représentations. Alors vous comprenez!


François Kouablan (SG Pit) : «Le Pit n’est pas représenté»

« Le Pit n’est pas représenté et nous n’avons pas les explications, nous n’avons pas les raisons. Nous avons une réunion du comité central, dimanche, à l’hôtel du district au Plateau. Après la réunion, il y aura une conférence de presse ».


Traoré Wodjo Fini (Cosopci) : « Entre le doute et le désespoir »

« Le gouvernement est connu. C’est un engagement que le chef de l’Etat avait pris et cet engagement a été tenu. Mais j’avoue que nous som­mes entre le doute et le désespoir. Le chef de l’Etat aurait dû prendre en compte le défi qui concerne la place de la jeunesse et la place des femmes dans ce gouvernement. Ça n’a pas été le cas. Nous aurions voulu aussi que le chef de l’Etat respecte, premièrement, la place de la société civile dans le gouvernement. On ne sait pas qui est société civile dans ce gouvernement. Deuxièmement, on attendait 30% de femmes, sur 36 ministres, il n’y a que 5 femmes ! C’est loin d’atteindre les 30%. Troisièmement, on attendait 25% de jeunes, il y en a moins. Il y a moins de 10% de jeunes. Quatrièmement, le président de la République a parlé d’un gouvernement de technocrates et de professionnels, j’avoue que ce n’est pas ce que les jeunes attendaient. Nous attendons de ce gouvernement qu’il nous démontre qu’il est capable de régler les questions liées à la sécurité, à la bonne gouvernance, à la consolidation de la démocratie et au retour des réfugiés ivoiriens ».

LIENS PROMOTIONNELS