Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Cheikh Boikary Fofana : « La réconciliation est un acquis pour les musulmans »
Publié le samedi 4 juin 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


«Aujourd’hui, nous musulmans avons besoin plus que qui que ce soit de voir ce pays calme, paisible, pacifique et sécurisé », a indiqué, hier, dans son sermon de vendredi, le cheikh Aïma Boikary Fofana, imam de la grande mosquée d’Aghien (Cocody). Sur le minbar (espace réservé à l’imam), le président du Conseil supérieur des imams (Cosim) a pris son bâton de pèlerin pour véhiculer un message de paix et de réconciliation. A sa communauté, le cheikh a déroulé un chapelet de prescriptions du saint Coran en faveur du pardon et de la paix. Ce qui lui a fait dire, que « la réconciliation est un acquis pour la communauté musulmane ». Bien enttendu, si celle-ci reste attachée à son livre saint. « Nous sommes des musulmans et pour vivre en tant que tels, nous avons des références. La première est le Coran. Il faut qu’on reste tout le temps avec la parole de Dieu », a-t-il recommandé. Et de rappeler la souffrance des uns et des autres. « Oui, nous avons payé, à un moment donné, un lourd tribut dans nos quartiers. Certaines personnes se sont comportées au-delà de l’imaginable », a-t-il regretté. Puis de s’interroger : « que devons-nous faire ? Comment devons-nous nous comporter avec nos voisins, hier, qui étaient les bourreaux et que nous devons rencontrer tous les jours. Devons-nous continuer la guerre ? Devons-nous nous venger ? ». Pour y répondre, il s’est encore retourné vers le livre révélé au prophète Mahomet. « Le coran dit : le bien et le mal ne peuvent jamais être égaux. Le bien dans la balance pèse en s’élevant et le mal dans la balance pèse en s’abaissant. Le bien amène vers le haut et le mal vers le bas », a-t-il éclairé. « Je comprends les douleurs et les souffrances, mais ne sortons pas de l’équation de l’islam », a-t-il supplié. Boikary Fofana a incité les musulmans à abandonner des comportements qu’ « ils ont condamnés eux-mêmes, hier, pour que demain les autres ne se sentent pas victimes ».
Sanou A.

LIENS PROMOTIONNELS