Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

En exil en Afrique,Qui ira chercher Blé Goudé ?
Publié le lundi 6 juin 2011   |  Nord-Sud


Charles
© Getty Images
Charles Ble Goude, chef des "patriotes" pro-Gbagbo


Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Ce n’est plus un mystère. Charles Blé Goudé est bel et bien vivant. Le flou qui entourait l’état de l’ancien patron de la jeunesse pro-Gbagbo s’est dissipé. Dans sa parution de cette semaine, le confrère, Jeune Afrique, proposera une interview exclusive avec lui. Le lieu où il se trouve serait inconnu de la rédaction qui croit savoir, tout de même, qu’il se trouve sur le continent africain. Mais des informations font état de la présence, dernièrement, de Blé Goudé au Bénin. Il ferait la navette entre Accra et Cotonou. La présence du leader de la galaxie patriotique hors des frontières ivoiriennes est plus que surprenante. Dans la mesure où, sous sanction de l’Organisation des Nations Unies depuis le mardi 7 février 2006, il est interdit de voyager et ses avoirs sont gelés. Parce qu’accusé de : « déclarations publiques répétées préconisant la violence contre les installations et le personnel des Nations Unies, et contre les étrangers; direction et participation à des actes de violence commis par des milices de rue, y compris des voies de fait, des viols et des exécutions extrajudiciaires; intimidation du personnel de l’Onu, du Groupe de travail international (Gti), de l’opposition politique et de la presse indépendante; sabotage des stations de radio internationales; obstacle à l'action du GTI, de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (Onuci) et des forces françaises et au processus de paix tel que défini par la résolution 1633 (2005) ». Comment se fait-il donc que Charles Blé Goudé arrive à se promener, tranquillement, hors de la Côte d’Ivoire alors que Martin Fofié Kouakou et Eugène Djué, frappés par la même résolution, ne peuvent pas quitter le pays ? Que faut-il pour mettre le grappin sur lui ? Qui doit faire quoi quand on sait que la résolution 1572 de 2004 créant le comité de sanction sur la Côte d’Ivoire précise, avoir fait obligation à tous les Etats d’appliquer la résolution : « le comité est appuyé par un groupe d’experts chargé de surveiller le respect du régime de sanction en coopération avec l’Onuci »? Si l’on en croit Me Traoré Drissa, soit Blé Goudé est entré clandestinement dans ces pays sus cités, soit il bénéficie de couverture, pour des raisons humanitaires. Car, hors de ces cadres, les Etats dans lesquels ce partisan de Gbagbo a trouvé refuge, n’ont d’autre choix que de le livrer aux autorités compétentes. Et, pour y parvenir, les Nations Unies devraient, selon lui, rappeler aux hôtes de Charles Blé Goudé, qu’il est sous sanctions onusiennes. « Il appartient aux Nations Unies d’interpeller l’ensemble des Etats pour que l’Etat qui l’accueille éventuellement puisse le dire et qu’elles puissent prendre les mesures nécessaires. Il s’agit également de permettre à l’Etat de justifier la raison pour laquelle il l’a reçu. En tout état de cause, ce sont les Nations Unies qui doivent faire appliquer ces sanctions. Mais, elles ne peuvent être appliquées qu’avec la bonne volonté, la coopération des Etats, puisqu’elles n’ont pas une police, une force particulière pour poursuivre », explique Me Traoré Drissa.

Bamba K. Inza

LIENS PROMOTIONNELS