Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Politique

Le général Soumaïla Bakayoko (chef d’état-major FRCI) : “Ce ne sont pas tous ceux qui sont en tenue qui sont FRCI”
Publié le mercredi 8 juin 2011   |  Le Patriote


Présidentielle
© Ivoire-Presse par Guy Lasme
Présidentielle : Vote massif des populations à Bouaké
Dimanche 31 octobre 2010. Bouaké, Lycée Classique et ex-UGTCI. Les populations ont voté massivement en présence des autorités préfectorales conduites par le Préfet Konin Aka, du porte-parole des Forces Nouvelles, Me Affoussy Bamba et du chef d`état-major des FAFN, le général Soumaïla Bakayoko


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Les généraux des Forces républicaines de Côte d’Ivoire et leurs homologues des forces impartiales ont eu une séance de travail hier au siège de l’ONUCI. Il a été question au cours de cette réunion, de la situation sécuritaire, l’encasernement des FRCI et de la nouvelle armée ivoirienne. Lire ici, les propos tenus à la sortie de cette séance de travail par le général Soumaïla Bakayoko,k chef d’état-major FRCI)

Q : Vous venez d’avoir une séance de travail avec les généraux des FRCI et des forces impartiales. De quoi avez-vous parlé ?
Soumaïla Bakayoko : Nous avons traité des questions sécuritaires à Abidjan, à l’ouest et des déplacements de refugiés dans cette région de l’ouest.

Q : Comment identifier aujourd’hui un élément des forces régulières de Côte d’Ivoire par rapport à un autre élément qui ne l’est pas ?

S.B : Tous ceux que vous voyez, aujourd’hui, en tenue treillis et que vous taxez de FRCI, ne le sont pas tous. L’effectif des FRCI est connu. Nous sommes 9000 hommes. Après l’identification menée par le Programme national de Réinsertion et de Réhabilitation communautaire, c’est un effectif de 26000 qui ont été déclarés par cette structure. Il va s’en dire que 18000 hommes ne sont pas des éléments des forces républicaines de Côte d’Ivoire. Mais il est nécessaire que nos éléments identifiés doivent pouvoir se retrouver dans les brefs délais en caserne. Une fois en caserne, tous ceux qui n’ont pas leur place en ville et qui feront des exactions n’importe comment, nous démontrerons qu’ils ne sont pas des éléments FRCI. Donc effectivement, c’est un souci que nous sommes en train de régler.

Retranscrits par JCC

LIENS PROMOTIONNELS