Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article


Comment

Dernières dépêches



Société

Célébration de la journée de l’enfant africain Raymonde Goudou Coffie (ministre de la famille, de la femme et de l’enfant) : « Le Gouvernement posera des actes concrets pour rassurer les enfants »
Publié le jeudi 16 juin 2011   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Chers Compatriotes,
Chers amis de la Côte d’Ivoire,
Chers Enfants,

La célébration de la Journée de l’Enfant Africain nous offre cette année encore, l’occasion de mobiliser tous nos efforts en faveur du bien-être des enfants, chevilles ouvrières de l’avenir de notre Continent.

Cette célébration a été consacrée par l’Union Africaine en souvenir du supplice des enfants de Soweto le 16 juin 1976, qui revendiquaient leur droit à une éducation juste et non discriminatoire.

Depuis 1991, plus qu’une commémoration, la Journée de l’Enfant Africain vise à interpeller les Etats et tous les acteurs qui œuvrent en faveur de l’amélioration de la situation des Enfants de plus en plus précaires dans nos pays en difficultés.
Le thème retenu cette année « Tous ensemble pour des actions urgentes en faveur des enfants de la rue », nous conduit à faire une lecture exacte de la situation des Enfants de la rue et à dégager la responsabilité des parents que nous sommes.

Nous voudrions rappeler que l’enquête des conditions de vie et des ménages réalisée en 2008 en Côte d’Ivoire, a révélé que 48,9% des ivoiriens ont moins d’un dollar par jour, soit environ moins de 500 FCFA. A cette situation déjà précaire qui plonge 50% des familles ivoiriennes dans la tourmente, s’est ajoutée la crise post électorale en Côte d’Ivoire exacerbant ainsi la vulnérabilité des familles.

La conséquence de la pandémie du VIH/sida, le taux croissant de pauvreté ont engendré de nombreux orphelins, et plongé des familles dans l’impossibilité de s’acquitter de leurs devoirs de parents. Et, ces enfants se retrouvent dans la rue, qui les capte comme un aimant et les rend dépendant de tous les maux et dépravation.

Cette situation ne peut être ignorée par notre pays et c’est la raison pour laquelle, aux côtés des autres Etats africains, la Côte d’Ivoire s’implique auprès du comité africain d’experts sur les droits et le bien-être des enfants pour combattre ce fléau.

Particulièrement en Côte d’Ivoire, la situation demeure alarmante.

La crise qu’a traversé notre pays depuis 1999 a davantage amplifié la vulnérabilité des enfants, surtout ceux dont l’âge varie entre 6 et 15 ans.

Ces enfants livrés à eux-mêmes, sont exposés à toutes les formes d’abus. On y dénombre de plus en plus d’orphelins, d’enfants séparés, d’enfants abandonnés, d’enfants victimes de traite et d’exploitation, ainsi que des enfants de la rue.

Le phénomène des enfants vivant dans la rue porte atteinte au développement de l’enfant, tant sur le plan de l’éducation, de la santé que de l’équilibre psychoaffectif

Aussi, les actions du Gouvernement vont-elles porter essentiellement sur le renforcement des mécanismes de protection et de promotion des droits de l’Enfant, conformément aux exigences de son mandat.

Plus qu’un engagement fort, le Gouvernement posera des actes concrets pour rassurer les enfants de sa volonté de construire une Côte d’Ivoire digne d’eux, soucieuse de leur avenir et de leur intégrité physique et morale.

D’où la nécessité de consacrer un maximum d’efforts et de ressources dans la recherche de solutions appropriées aux violations massives des droits de ces enfants.

Chers compatriotes et Amis de la Côte d’Ivoire,

Je voudrais inviter les familles, les enfants, les organisations d’enfants ainsi que les organisations œuvrant dans le domaine de la protection de l’enfant, à faire en sorte que la mobilisation autour de cette journée transcende le cadre d’une simple commémoration festive.

J’en appelle à votre responsabilité.


Je vous remercie.

LIENS PROMOTIONNELS