Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article


Comment

Dernières dépêches



Économie

Pourquoi les Libanais soutenaient Gbagbo
Publié le samedi 18 juin 2011   |  Nord-Sud


Présidentielle
© Abidjan.net par Yassour
Présidentielle du 31 octobre 2010 : Laurent Gbagbo rencontre les communautés étrangères
Mardi 12 octobre 2010. Abidjan. Stade Robert Champroux de Marcory


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Devenus la première force économique du pays depuis le départ de la plupart des investisseurs français, avec les événements de novembre 2004, les opérateurs économique libanais ont, semble-t-il, eu le bon réflexe des hommes d’affaires. Sans se poser mille questions, ils ont, dans leur ensemble, pris le parti de Laurent Gbagbo. Les dividendes qu’ils espéraient tirer de ce soutien plus ou moins avéré, est la prospérité de leurs entreprises, notamment avec l’octroi de nouveaux marchés et avec les abattements fiscaux. Fondant beaucoup d’espoirs sur le laxisme de l’ancien chef de l’Etat, certains d’entre eux espéraient se soustraire à tout contrôle fiscal. Des avantages qu’ils redoutent ne pas bénéficier avec les autres grands candidats, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié. Pis, certains croyaient naïvement que l’ancien Premier ministre, réputé francophile, les aurait sans doute dépossédés de leurs biens au profit des Français. Ce qui justifie que même pour la présidentielle, ils ont fait le choix de s’aligner derrière Laurent Gbagbo, apportant de précieux soutiens à leur champion lors de la crise post-électorale. De source digne de foi, ce sont des Libanais qui ont envoyé une vidéo de supposés snippers français, débarquant d’un hélicoptère sur un immeuble à Marcory. Quoique ce débarquement avait pour objectif de secourir des ressortissants français en danger, au plus fort de la crise post-électorale, la vidéo a été utilisée comme pièce à conviction pour accabler les forces françaises. Aujourd’hui, leur champion est tombé malgré tout. Et, contre mauvaise fortune, les ‘’Libanais de Gbagbo’’ tentent à présent de faire bon cœur. Ainsi, les clans Omaïs et Fakhry, par exemple, tenteraient déjà un rapprochement avec le pouvoir Alassane Ouattara. Ils ne font qu’emboîter le pas à un autre Libanais, l’architecte, Pierre Fakhoury. Business is Business.

M.D.

LIENS PROMOTIONNELS