Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Gagnoa : Le préjudice est énorme
Publié le mardi 19 juillet 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Videos
C`est un énorme préjudice qu`ont subi les différentes structures locales de la commission électorale indépendante (CEI). Que ce soit au niveau régional, communal ou sous-préfectoral, ces entités en charge des élections ont fait les frais de la crise post électorale. A la commission régionale, 3 portes ont volé en éclats, permettant ainsi aux vandales d`emporter le matériel informatique. « Une dizaine d`ordinateurs emportés, 16 appareils photos issus des valises de la SAGEM ont été enlevés », regrette Sindou Fofana, le président de la CEI régionale. Son collègue de la sous-préfecture n`est pas heureux non plus. « Mon bureau a été saccagé par des vauriens qui ont emporté un ordinateur complet, le photocopieur et de nombreuses chaises, ainsi que des appareils téléphoniques », s`offusque Gouan Patrice, patron de la CEI sous-préfecture. Dans l`ensemble, c`est tout le matériel électoral qui a disparu. L`ampleur des dégâts a touché la sensibilité de l`Opération des Nations Unies en Côte d`Ivoire (Onuci). Elle a délégué une mission pour évaluer le préjudice. Mieux, elle a procédé à la maintenance de certains appareils endommagés. Toujours est-il que ces structures ont besoin d`être équipées afin d`être à la hauteur de la mission qui les attend très prochainement. Malgré cette déconvenue, les agents locaux de la CEI se disent prêts à reprendre le travail dès que Youssouf Bakayoko, le président national, lancera l`appel. « Pour l`heure, nous n`avons reçu aucune consigne de la hiérarchie allant dans le sens de la reprise », s`impatiente Sindou Fofana. En attendant cette reprise du fonctionnement, les bureaux de la CEI régionale sont hermétiquement fermés. Preuve que les locataires ont quitté les lieux il y a quelque temps. « Quand la session s`arrête, nos activités prennent aussi fin », explique M. Sindou. S`agissant des dispositions à prendre pour les futures échéances électorales, notamment les législatives, les responsables locaux de la CEI se soumettent à Abidjan, le pôle de décision. « On attend la feuille de route qui nous sera donnée, parce qu`on a parlé de la recomposition de la CEI », déclare Gouan Patrice. Il n`oublie pas de mentionner que tout le personnel est en place, y compris les commissaires pour la reprise du travail, le moment venu. Mais pour que cela soit possible, il faudra que les agents soient en possession de leurs salaires. Selon une source crédible, l`argent était disponible lorsque survint la crise. Aujourd`hui, les agents se demandent pourquoi ils ne sont pas encore payés alors que la crise est passée. Pour certains de ces agents, c`est même une des conditions sine qua non à la reprise des activités.

Alain Kpapo à Gagnoa

LIENS PROMOTIONNELS